Publié : vendredi 18 octobre 2019
Pierre-Henri Chanquoi, président des Jeunes Agriculteurs de Dordogne

La semaine dernière, nous manifestions devant la préfecture de la Dordogne pour revendiquer plusieurs sujets : les ZNT, le désert vétérinaire, les dégâts de gibier, le stockage de l’eau et l’agribashing. Les intrusions illégales et les dégradations se multiplient, pourtant nous sommes ouverts au débat. Informer les consommateurs, répondre à leurs questions, lever les doutes et briser des préjugés, c’est notre rôle. Nous souhaitons vraiment changer le regard porté sur l’agriculture. C’est en ce sens que nous diffusons, vendredi 25 octobre, le film “Food Evolution”, au Pôle interconsulaire, à l’occasion d’une rencontre cinéma-débat. Trop souvent, les médias mettent en avant les pires situations de notre profession ; des faits que nous dénonçons et qui viennent entacher l’image de l’agriculture française. Pourtant, nous n’avons pas à rougir de notre travail. Rappelons qu’en Dordogne, 50 % de la production agricole est placée sous signe officiel de qualité. Et chaque année, le magazine britannique “The Economist” publie l’indice de durabilité des modèles agricoles et alimentaires dans le monde et, en 2018, pour la 3e année consécutive, la France était première au palmarès. Ces études sont méconnues du grand public et peu relayées par les médias. Laissons les agriculteurs parler d’agriculture, la méconnaissance du monde rural ne doit pas conduire à sa stigmatisation.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex