Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 5 avril 2019

 

Social.Tous les acteurs du monde agricole se mobilisent au sein d’une cellule d’accompagnement aux agriculteurs en difficulté. Ils veulent pouvoir intervenir avant que les situations problématiques soient critiques.

Prévenir la détresse des agriculteurs

Les agriculteurs de Dordogne sont forts. Éleveurs de bovins, de canards, viticulteurs, cultivateurs... chacun dans sa filière a dû faire face à des moments difficiles, des « crises sévères », comme l’a noté le préfet Frédéric Perissat. Et tant bien que mal, les filières s’en sont relevées. Mais au-delà des professionnels, ce sont des hommes et des femmes qui souffrent, souvent sans mot dire, dans un isolement pudique.

Peu nombreux sont ceux qui sont au courant des difficultés que traversent les agriculteurs. Parfois, quelques faibles signaux sont visibles : des paiements non honorés auprès de la banque, des cotisations réglées en retard auprès de la MSA, un bilan comptable un peu limite... Comptables, techniciens ou agents de la Chambre d’agriculture ou des services de l’État ou de gestion sont parfois au courant, mais chacun dans son coin. « Il était important pour nous de structurer l’organisation de ces différents partenaires via ce réseau, cette cellule d’accompagnement, où tout le monde pourra prendre connaissance d’une situation problématique et élaborer une stratégie d’aide à l’agriculteur », a résumé Frédéric Perissat. Tout ceci, évidemment, « dans le plus grand respect de confidentialité, pour ne pas “déballer“ sur la place publique des informations gênantes », note le préfet.

Un service, non une intrusion

Cette cellule d’identification des agriculteurs en difficulté n’est donc qu’une formalisation de « quelque chose qui existe déjà de façon spontanée », selon le préfet. La Chambre d’agriculture, les services de l’État, la MSA et l’association Solidarités paysans proposent ainsi une « offre de service et non pas une intrusion », où l’association sera chargée de faire le lien et orienter vers les interlocuteurs les plus pertinents, selon chaque dossier, au cas par cas. « C’est Solidarités paysans qui fera le liant entre les partenaires de cette cellule et les exploitants, à la demande de ces derniers », annonce Frédéric Perissat. Car il s’agit aussi d’une démarche volontaire. C’est via un numéro de téléphone ou un contact mail que l’agriculteur pourra, de son côté, demander de l’aide. Un numéro vert a été mis en place par la MSA. « Ça sera aussi un vecteur d’alerte sur une situation particulière. Ensuite, nous reviendrons vers la personne concernée pour lui demander si elle est d’accord pour un accompagnement. »

« L’agriculteur ne prend souvent pas en compte les mesures de gestion collectives. Or, c’est important de les connaître et s’en servir. Nous abordons le problème dans sa globalité », explique-t-on à Solidarités paysans.

Qui contacter ?

• 05 53 67 78 47

• contact_ass.blf@dlg.msa.fr

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex