Auteur : Agrafil

L’institut Arvalis a lancé le 4 mars un appel aux agriculteurs pour inclure 200 parcelles cultivées en bio dans un programme de recherche sur le phosphore, soutenu par le Casdar (compte d’affectation spécial pour le développement agricole et rural) géré par le ministère de l’Agriculture. Il s’agit de bâtir un observatoire de 200 parcelles en agriculture biologique, réparties sur quatre territoires offrant des modes de production et contextes pédoclimatiques contrastés (Bassin parisien, Grand Ouest, Sud-Ouest, Rhône-Alpes) et sélectionnées notamment selon l’occupation du sol (grandes cultures ou prairies permanentes), d’après un communiqué. L’objectif au bout de quatre ans est entre autres de proposer une calculette de bilan phosphore adaptée à la bio et un guide de diagnostic de la fertilité en phosphore et de son évolution, précise Arvalis. « La question de la fertilité phosphatée est majeure d’autant plus qu’en systèmes grandes cultures bio sans élevage, on a pu observer un appauvrissement des sols, que les gisements s’épuisent et que la concurrence sur les effluents organiques éligibles est forte », souligne l’institut.





Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex