Publié : jeudi 6 août 2020
Lionel Robin, rédacteur en chef adjoint

Un chauffeur de bus massacré à mort à Bayonne, un père de famille lâchement tabassé dans une laverie et bien d’autres faits divers sur la violence que peut susciter le port ou non du masque contre la Covid. Une telle violence pour se protéger et protéger les autres ? De quoi désespérer sans doute de l’être humain. Pour autant, au-delà de ces actes aussi barbares que stupides, l’espoir existe. Un sondage réalisé par Yougov pour le Huffington post nous apprend que 84 % des Français sont favorables au port du masque en extérieur. Et c’est une bonne nouvelle. Bien sûr, une minorité, des complotistes, des jusqu’au boutistes d’une sacro-sainte liberté individuelle, restera allergique au port du masque. Pour les autres, se défendre contre les maladies, lutter contre toutes les crises, construire un avenir meilleur s’apparente à une œuvre collective dans laquelle chacun doit trouver sa place. Et on peut penser au dicton : “Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin”. Aujourd’hui, en cette période de pandémie, porter un masque n’est pas qu’un acte individuel, il s’agit de faire société.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex