Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 24 janvier 2020

 

Bergerac. La Communauté d’agglomération bergeracoise a présenté la mise en place progressive de repas 100 % bio dans les crèches, dans le cadre du Plan d’excellence alimentaire.

Les crèches vers des plats 100 % bio

 

Betteraves bio et lasagnes aux épinards bio agrémentés de silures, deux spécimens de 4 kg pêchés le matin même dans la Dordogne par Xavier Prévost, pêcheur professionnel à Creysse, en compagnie de Jean-Marc Mouillac, cuisinier-formateur au Conseil départemental. Voilà un aperçu du menu préparé le 22 janvier par les cuisinières aux enfants de la crèche Pous, dans le centre de Bergerac.

 

Pour la dégustation, Jean-Marc Mouillac avait aussi préparé le poisson d’eau douce en tajine, en beignets et avec du sésame pour bien montrer les différentes façons d’accommoder cette espèce très présente dans nos rivières, qui a l’avantage de ne pas avoir d’arêtes. « La Dordogne est une des rivières les plus propres de France. Le silure a une chair ferme et blanche. En le préparant, on arrive à un bon résultat gustatif », a-t-il expliqué, dénonçant au passage les poissons reconstitués, types poissons panés, venus du monde entier et d’océans victimes de la surpêche.

 

Le 22 janvier, la CAB (Communauté d’agglomération bergeracoise), a présenté la mise en place de repas 100 % bio dans les crèches du territoire. Étaient présents pour l’occasion Jacqueline Vandenabeele, vice-présidente de la CAB en charge de l’enfance, Évelyne Plazzi, responsable du service enfance et jeunesse, Nassima Atmane, coordinatrice du service, Céline Jardin, coordinatrice du Plan d’excellence alimentaire. Ce dernier est à la source de cette évolution majeure dans l’élaboration des repas. Le Pays du Grand Bergeracois avait initié un Plan d’alimentation territorial, avec un état des lieux de l’alimentation et de l’approvisionnement. « Il a mis en lumière une forte demande de la population en produits bio mais une faible production locale. La CAB a décidé de prendre à bras-le-corps cet enjeu », selon Céline Jardin.

 

Projet de plateforme logistique

 

Depuis la rentrée de septembre 2019, les six crèches de l’agglomération (Pous, Bellegarde et les Cabrioles à Bergerac, Saint-Sauveur, Prigonrieux-La Force et
Sigoulès) suivent cette démarche tendant vers des plats 100 % bio. Les cantines conçoivent 220 repas par jours distribués à des enfants âgés de 2,5 mois à 4 ans. Quatre crèches sont en production directe avec des cuisines sur place. Celle de Sigoulès est à 100 % bio via sa cantine municipale.

 

Pour cela, Jean-Marc Mouillac a été dépêché afin de former cuisinier et cuisinières à s’adapter à ce nouveau mode de fonctionnement. Il préside aussi le collectif Les pieds dans le plat, intervenu pour l’aspect nutritionnel et l’équilibre des menus.

 

Pour le moment, l’approvisionnement des crèches passe par la plateforme Manger bio Périgord. Mais la CAB compte bien étendre l’alimentation bio à l’ensemble des établissements. Elle souhaite créer un réseau local, de la production à la livraison en passant par le conditionnement et la transformation. Celui-ci devrait passer par l’Escat qui doit accueillir une plateforme logistique de 400 m2 fin 2020, puis une légumerie dans une seconde phase, couplée à un atelier de valorisation du poisson, d’où l’introduction du silure dans les menus.

 

La CAB a acheté la ferme des Nébouts à Prigonrieux. Des espaces tests ont été mis en place en partenariat avec Agrobio Périgord. « Les agriculteurs vont produire pour alimenter la future plateforme de l’Escat. Au bout de trois ans, ils auront besoin de foncier pour s’installer. On a passé une convention avec la Safer pour cela », explique Céline Jardin. D’anciens céréaliers se sont engagés à mettre en production plusieurs hectares de légumes bio. Une convention devrait même être passée avec l’agglomération de Libourne, qui a des besoins en approvisionnement.

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex