Auteur : Lucie Roth
Publié : jeudi 28 avril 2022

Vendoire. Au camping des Tourbières, Fannie et Nicolas Plantard s’attachent à sensibiliser les vacanciers au respect de l’environnement et des lieux, par de nombreux petits gestes.

 

Le camping
version éco-responsable

 

En plein cœur de la verdure, le camping du Petit lion des tourbières, à Vendoire, s’est refait une beauté. Fannie et Nicolas Plantard l’ont racheté à l’automne dernier et se sont employés à y mettre leur patte avant de rouvrir ses portes en avril. « Nos vacances ont toujours été en camping, on adorait ça », se souvient le couple, qui a saisi cette opportunité de changer de vie et de s’installer en Dordogne avec leurs deux filles de 7 ans et 18 mois.

Sur deux hectares, leurs hébergements variés ont un point commun : ils invitent leurs hôtes à la responsabilité vis-à-vis de l’environnement. Que ce soit en tente lodge, en hutte, en gîte ou sur un emplacement classique, les vacanciers sont incités par les nouveaux propriétaires à adopter une conduite la plus respectueuse possible. Tout est pensé pour leur faciliter les choses. 

 

Bouteilles consignées

À leur arrivée, ils se voient remettre un cabas pour les déchets destinés au sac jaune de tri, ainsi qu’un bac à compost. « Nous avons mis de petites poubelles dans les locatifs mais normalement, elles ne devraient contenir que des serviettes hygiéniques et des couches de bébé » , précise Fannie, qui veut sensibiliser au fait que « le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas ». Ainsi, au bar du camping, on oublie les bouteilles en plastique et autres canettes jetables : l’essentiel des boissons proposées sont conditionnées dans des bouteilles en verre consignées. Même ligne de conduite au restaurant, où les déchets qui ne sont pas compostés sont destinés à la nourriture des quelques poules, chèvres et moutons qui cohabiteront bientôt dans un enclos commun en cours d’aménagement. Pour les soirées pizzas du vendredi, accessibles aux habitants du camping mais aussi aux gourmands de l’extérieur, une réduction est accordée à ceux qui viennent avec leur contenant. « Ça évite les cartons qu’on jette directement en arrivant à la maison », sourit Fannie. 

Si l’herbe autour des tentes lodge et des huttes paraît haute, c’est qu’elle est tondue au minimum, aux abords directs des logements, afin de préserver la biodiversité et l’habitat des insectes qui voisinent avec les campeurs. Côté infrastructures, les blocs sanitaires traditionnels ont dû être conservés, afin de pouvoir bénéficier du classement des campings. Mais il est prévu, dès l’an prochain, d’installer en complément un système de toilettes sèches “nouvelle génération”, n’utilisant ni eau, ni électricité, ni copeaux de bois mais un système de filtration garanti sans odeurs. 

Originaires du Calvados, Fannie et Nicolas se sont vite intégrés en Dordogne et construisent petit à petit leur réseau. Pour fournir le restaurant du camping, comme pour alimenter leur boutique épicerie, ils essaient de s’approvisionner au maximum en local. « Nos glaces sont fabriquées par une productrice juste à côté, qui nous remplit des bacs gastronomiques en inox pour éviter les conditionnements jetables », précise Fannie. Dès cet été, l’ensemble des légumes nécessaires à la cuisine seront issus des environs. Une recette de sauce tomate pour les pizzas est à l’étude avec le producteur qui leur fournit déjà des conserves pour l’épicerie. Le couple Plantard travaille également en partenariat avec un producteur de cognac et propose à leurs vacanciers des visites de sa distillerie. Pour eux, toutes ces démarches tombent sous le sens :  « Nous sommes dans un environnement qui vaut le détour, ça serait dommage de l’abîmer ! » 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex