Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : jeudi 14 avril 2022

Saint-Laurent-la-Vallée. Manon Perrier et Alexandre Guilmart créent des œuvres monumentales. Actuellement, ils travaillent sur un projet un peu confidentiel pour un grand festival de musique en France.

La sculpture sur métal
a ses artistes 
en Périgord noir

 

Manon Perrier et Alexandre Guilmart sont à pied d’œuvre dans un hangar de la scierie de Saint-Laurent-la-Vallée. Face aux proportions exceptionnelles de la pièce qu’ils élaborent, ils ont dû déménager provisoirement leur atelier situé chez eux, à quelques kilomètres de là, pour ce lieu plus spacieux. 

Ils conçoivent un corbeau géant en métal de six mètres de long et presque deux tonnes pour le décor du Hellfest, un festival de référence dans l’univers du heavy métal et du hard rock en Europe qui se déroule à Clisson, près de Nantes. Il s’agit de la commande la plus imposante qu’ils aient réalisée depuis leurs débuts en 2016. Un vrai challenge artistique et technique à relever en partant d’un simple croquis. Les deux artistes travaillent dur afin d’être prêts le jour J, le 6 juin. L’œuvre sera livrée par convoi exceptionnel. Ils sont quelque peu contraints à une certaine confidentialité visuelle par l’organisation qui souhaite garder la surprise jusqu’à la date de l’événement, du 17 au 26 juin. Pour les accompagner dans cette aventure, ils ont sollicité le collectif Copeaux Cabana, aux Eyzies. Il s’occupe de concevoir le portique en bois sur lequel sera perché le volatile géant.

 

Développer la clientèle régionale

 

Ces dernières années, les commandes affluent pour les deux artistes. « On a beaucoup travaillé la communication sur Facebook et Instagram », indique Alexandre. Avec la crise sanitaire, les expositions et les salons se font rares. Parmi leurs principales réalisations, on trouve une baleine avoisinant les deux mètres pour le port de Fréjus, une statue de Corto Maltese exposée au restaurant le Trait d’union à Vézac, un coq de 1,75 mètre pour un particulier, une chouette effraie aux remparts de la ville de Neuf-Brisach en Alsace, plusieurs chevaux. « Notre but est de rendre vivantes les sculptures, peu importe le sujet », selon Manon. Ils conçoivent aussi des pièces plus petites : bonsaï, arbre, tête de chimpanzé, crâne humain… La réalisation nécessite un travail minutieux de découpe, d’assemblage et de soudure, avant la finition avec une patine et du vernis. Manon et Alexandre se sont rencontrés dans un collectif d’artistes, Centrale 7, à Angers. À l’époque, ils développent différentes techniques artistiques. Elle, plutôt la céramique, alors que lui trouve l’inspiration dans le dessin, le tatouage et la peinture. « C’est là que je me suis mise au métal après avoir testé la sculpture en terre et ciment », raconte-t-elle. Le groupe comprenait des sculpteurs sur métal auprès desquels ils ont pu s’inspirer. En 2016, elle convertit son compagnon aux joies artistiques du maniement du métal et le duo lance son activité sous le nom d’Alex et Manon. Leur métier, ils l’ont appris en autodidacte. « C’est Manon qui m’a montré comment souder. Nous n’avons pas fait d’apprentissage », affirme Alexandre. Au départ, ils commencent par des pièces plus petites. Ils participent à des expositions. Pour la conception d’animaux ou autres, ils se basent sur des images afin de respecter au mieux l’anatomie et les proportions. Après, le coup d’œil et l’ingéniosité des artistes font la différence. 

En 2018, Manon et son compagnon ont décidé de s’installer en Dordogne d’où la sculptrice est originaire. Le couple dispose d’un showroom à Domme, dans la boutique d’artisanat d’art appartenant à la famille de Manon Perrier. « Nous aimerions développer un peu plus notre clientèle dans la région. Nous sommes beaucoup sollicités sur Nantes, Angers, et même dans le sud de la France », lance Manon. Le couple souhaiterait aussi organiser une exposition de leurs œuvres à Sarlat. 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex