Publié : jeudi 31 mars 2022
Jean-Philippe Granger, président de la Chambre d’agriculture

À la veille de la nouvelle déclaration PAC et dans le contexte actuel de crise avec la guerre en Ukraine, le terme “PAC” prend tout son sens : Politique agricole COMMUNE ! Les agriculteurs de France et d’ailleurs doivent être solidaires dans le contexte de famine qui se dessine si nous continuons à subir les évolutions réglementaires de la PAC qui ne favorisent pas la production. Pour cette déclaration PAC 2022, pas de gros changements mais un enjeu de taille avec les Surfaces d’intérêt écologiques (SIE). Les évènements en Ukraine ont poussé le ministre de l’Agriculture à décider de la possibilité de valoriser les jachères SIE. Celles-ci continueront à être comptabilisées en SIE tout en étant valorisées par la fauche, le pâturage ou la mise en cultures de printemps. Dans ce contexte de pénurie de matière première, nous voulons produire et contribuer à la souveraineté alimentaire. L’enjeu à plus long terme est celui de la réforme 2023 avec la mise en place du suivi parcellaire. En 2022, ce suivi peut déjà être testé sans incidence financière. En 2023, permettra-t-il réellement l’application du droit à l’erreur ? En attendant cette échéance, faites-vous accompagner pour votre déclaration 2022 et anticipez celle de 2023 avec une simulation.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex