Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : jeudi 16 septembre 2021

Viticulture. La coopérative Alliance Aquitaine a commencé les vendanges la semaine dernière, au Fleix. Si la récolte sera réduite en volume, les adhérents espèrent un millésime qualitatif.

 

Petit millésime prometteur

 

Au lendemain des orages qui ont touché la Dordogne dans la soirée, jeudi 9 septembre, au siège de la cave coopérative Alliance Aquitaine, au Fleix, Hervé Roullet, le président, était bien content d’être passé entre les gouttes. « C’est le tout début », confirme-t-il. Comme de coutume en ouverture, les machines commencent par le sauvignon pour produire du vin blanc sec. Ce jour-là, les conquêts de réception se remplissent de raisins magnifiques vert foncé et roses cultivés en bio, une filière en progression au sein de la coopérative. 

Le 14 septembre, la chance a tourné puisque 40 ha de vignes ont été touchés par la grêle au Fleix et à Monfaucon. Heureusement, ces parcelles presque matures ont été ramassées en urgence, limitant la perte. Mais il est clair que la forte pluviométrie ne favorise pas les travaux. 

 

Moins précoce

 

Plus haut sur les coteaux, les machines à vendanger et les bennes de la Cuma de La Vaure s’activent. « Chez nous, c’est petit ! », répond le président lorsqu’on lui demande comment se présente cette campagne 2021. Le gel de printemps a fait des dégâts. « Notre vignoble se situe pour l’essentiel en plaine. Il a beaucoup souffert. Les cépages de vins blancs réagissent très mal au gel alors que pour les rouges, les contre-bourgeons sont souvent fructifères. En plaine, les blancs sont quasiment inexistants. » Les vignes situées sur les coteaux ont été plutôt épargnées.

Se sont rajoutées au gel des pluies intenses en juin, en pleine floraison, amenant du mildiou dans son sillage au moment où la sensibilité aux maladies est forte. « Tout ce qu’on a rentré aujourd’hui est prometteur. Nous avons des degrés assez avancés. Nous sommes sur un millésime beaucoup moins précoce, un peu plus normal. L’an dernier, nous avions démarré le 25 août, ce qui n’était jamais arrivé ! »

Lors d’une très bonne année, la coopérative produit en moyenne 80 000 hl. En 2021, la récolte devrait plutôt représenter entre 45 000 et 50 000 hectolitres contre 65 000 hl en 2020. « Nous avons connu pire. En 2017, nous avions fait 29 000 hl ! », rappelle Hervé Roullet. 

La campagne va se poursuivre par le cépage sémillon, la muscadelle, puis les cépages rouges (70 % de merlot à la coopérative) vers le 20 ou 25 septembre.

 

Un vignoble étendu

 

Christophe Ottogalli, viticulteur et administrateur à la cave, cultive 35 ha de vignes au Fleix et à Monfaucon. « Je suis en bio depuis cette année », dit-il. Pour lui, les vendanges de merlot vont suivre celle du sauvignon. Même si la parcelle récoltée ce jour-là a été épargnée, il estime que ses vignes ont été impactées à 40 % par le gel. « Au niveau qualitatif, ici, cela va le faire. Dans cette parcelle, j’ai été préservé du mildiou et de la cicadelle. Comparés à Saint-Émilion, nous avons été moins touchés. Ils ont eu de la pluie plus tôt, au mois de juin, sur la fleur. » Il prévoit de produire à cet endroit 40 hectolitres par hectare.

Alliance Aquitaine comprend 1 500 hectares de vignes (70 % en vins rouges et le reste en blancs), pour 130 adhérents. « Nous aurons prochainement 400 ha en bio. 90 % des surfaces sont en Haute valeur environnementale. Nous travaillons beaucoup avec la grande distribution. C’est obligatoire », indique Hervé Roullet. Le vignoble de la coopérative s’étend des portes de Castillon-la-Bataille dans le Vélinois jusqu’aux abords d’Issigeac. « On intègre 300 hectares de bordeaux », précise le président. La coopérative comprend presque toutes les appellations des vins de Bergerac dont un tiers de l’appellation pécharmant et même une cinquantaine d’hectares en monbazillac. 

La coopérative compte trois sites : le siège au Fleix, Saint-Vivien (15 000 hl vinifiés) et Bergerac (5 000 hl vinifiés). La capacité totale des cuveries s’élève à 50 000 hectolitres pour la vinification et grimpe jusqu’à 100 000 hectolitres pour le stockage des vins. « À l’avenir, on envisage de recentrer l’activité au Fleix », selon le président qui reste prudent quant aux investissements futurs dans un contexte difficile.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex