Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : jeudi 1 avril 2021

 

Bergerac. Inlassablement depuis six ans, Jacques Vaillant sillonne les rues de Bergerac pour livrer fleurs, courses, friandises et sacs de terreau.

“Jacques flashe” : mille vies en un jour

 

Peu nombreux sont les commerçants – et même les habitants – qui ne connaissent pas Jacques Vaillant aujourd’hui. Depuis maintenant six ans, il livre tout ce qui est transportable sur son vélo-plateforme, dans un périmètre qui ne dépasse pas la rocade de Bergerac. Facile, direz-vous, avec l’assistance électrique. Sauf que Jacques Vaillant opère à la force des quadriceps uniquement. Grand sportif habitué aux ultra-trails, qui « savait pédaler avant de marcher », il ne s’est même pas posé la question du vélo électrique lorsqu’il a songé à créer “Jacques flashe”, son entreprise de livraison, suite à un plan social.

Depuis qu’il a investi les 3 000 Ä que lui a coûté son vélo équipé de la plateforme et de sa boîte, Jacques Vaillant n’a donc pas cessé de pédaler. Doucement pour commencer ; « au début, les gens ne comprenaient pas l’utilité de faire une livraison à vélo. Ils trouvaient juste qu’un vélo, en ville, ça ne pollue pas mais ça ne sert à rien. »

Il commence d’abord avec les fleuristes puis les commerces de bouche, boulangerie, traiteur, poissonnerie, et, à l’époque, les restaurants. « Certains ont eu le déclic et l’effet boule de neige a fait le reste. Le fait de me voir de plus en plus en ville, les commerçants et les particuliers ont eu l’idée de me demander pour différents services. » Aujourd’hui, Jacques Vaillant livre même des courriers notariés. « Je prends 5 Ä la course et je livre le jour-même un nombre illimité de plis au greffe. Si les notaires passaient par la Poste, ils seraient obligés de payer 6 ou 7 Ä pour chaque pli et c’est livré à J+1 », explique simplement le livreur-coursier.

 

Des fleurs aux bijoux en passant par les croquettes

 

Avec le confinement de mars 2020, l’activité de livraison s’est intensifiée. Les commerçants se sont tous mis à proposer la livraison, et “Jacques flashe” a même obtenu un partenariat avec Intermarché afin d’assurer la réception de drive pour des personnes dans l’impossibilité de se déplacer. Les demandes de livraisons fonctionnent ainsi dans les deux sens : « Soit les commerçants proposent la livraison de leurs produits et facturent 5 Ä auprès de leurs clients pour la course, soit ce sont les clients qui font appel à moi pour aller chercher leurs commandes. »

La journée de samedi du livreur s’est déroulée comme suit : à 8 h, il récupère deux commandes chez deux charcutiers différents ainsi que chez deux boulangers et deux primeurs, l’un en ville, l’autre sur le marché. La livraison se fait dans la demi-heure. Pour une autre dame, il va chercher quatre commandes dans quatre lieux différents puis une pâtisserie et du poisson. À 11 h, Jacques Vaillant a déjà visité neuf endroits et enchaîne avec quatre commandes de nourriture et une livraison pour un fleuriste pour midi et demi. « Ce n’était pas prévu mais j’ai poussé sur les pédales. » Juste le temps de livrer un repas et une commande de bijoutier et il poursuit avec un autre fleuriste, un pack d’eau et des croquettes chez le vétérinaire. Enfin, la journée se termine plus paisiblement avec un drive pris au Casino local et de nouveau des fleurs. « Soit les gens me donnent un chèque que je transmets ensuite au commerçant, soit j’avance la monnaie et ils me remboursent. »

Amoureux de sa vie en liberté sur son vélo, Jacques Vaillant ne souhaite pour rien au monde embaucher. Néanmoins, depuis que l’activité s’est intensifiée, il a vu un nouveau livreur s’installer à Bergerac, avec son vélo électrique, ce qui lui permet de partager la tâche quand il est débordé.

 

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex