Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : jeudi 25 mars 2021

 

Promotion. La SARL Chambon & Laurent, spécialisée dans la production d’huile de noix, a décroché le Prix d’excellence 2021 au Concours général agricole. Une belle récompense pour une entreprise en développement.

 

Des huiles de noix au sommet

 

« C’est toujours une belle reconnaissance. Cela nous donne une bonne image », affirme Laurent Chambon réagissant à l’obtention du Prix d’excellence 2021 dans la catégorie Huile de noix vierge au Concours général agricole, le 4 mars. Cette récompense est le fruit d’une grande régularité dans les médailles glanées depuis 2017 par la société, année de sa première participation. Le prix se base également sur un ratio entre le nombre de produits présentés et la quantité de médailles remportées. « En trois ans, nous avons obtenu trois médailles d’or, deux en argent et une en bronze. » L’entrepreneur attend avec impatience les résultats de l’édition 2021, en avril, pour laquelle il a présenté quatre huiles. L’an prochain, Laurent Chambon prévoit même de participer aux concours des meilleures huiles du monde. 

Parmi les 36 producteurs récompensés par le prix du CGA dans différentes catégories, la Sarl Chambon & Laurent est la seule exploitation périgourdine. À la différence des médailles qui mettent en lumière la qualité d’un produit pour une année, le prix d’excellence récompense la maîtrise des savoir-faire dans un domaine de production et dans la durée. Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, annoncera officiellement les résultats le 7 avril. 

Laurent Chambon a repris l’entreprise basée à Castelnaud-la-Chapelle, au pied du château, en 2016, à la suite du départ à la retraite de Jean-Pierre Piet. Le site comprend l’écomusée de la noix créé en 1996, le domaine de Vielcroze avec 7 ha de noyers bio depuis 1996, des truffières, puis le moulin de Vielcroze avec sa meule en pierre pour une pressionà chaud” de la production d’huile vierge, et l’huilerie d’Aiguevive munie de sa presse moderne dite à froid”. Cette dernière permet de presser de plus importants volumes pour répondre à la demande du marché. « J’ai toujours été très intéressé par les produits phare du Périgord. J’avais le projet de créer une conserverie de truffes à Sarlat. C’est un aboutissement. Mes rêves sont devenus réalité », dit-il.

 

Diversification

 

L’entreprise emploie huit salariés avec une forte dimension familiale puisque l’homme travaille avec son épouse, Annick, et son fils,
Sylvain. Laurent Chambon s’évertue à développer la structure depuis son rachat. Il a diversifié la production limitée jusque-là à l’huile de noix. Actuellement, l’huilerie produit environ 45 tonnes d’huile par an, pressage à façon compris (environ 5 t). « Quand j’ai racheté, l’entreprise employait deux personnes et demie en comptant le propriétaire. Aujourd’hui, nous sommes huit et nous embauchons une nouvelle personne en mai pour la former au métier de moulinier. Nous avons grossi parce que nous avons développé les sous-produits liés à la noix », explique-t-il. Pour cela, il achète de la noix à la Coop Cerno. « Pour faire 45 tonnes d’huile, il faut 90 tonnes de cerneaux. Nous produisons entre 14 et 16 t de noix coque avec nos 7 ha de noyers. »

Un laboratoire a vu le jour pour conditionner une gamme complète de produits à base de noix. Outre l’huile, la société propose des pots à base de crème ou de purée de noix et du cerneau sous-vide. L’entreprise a investi dans une casseuse-énoiseuse et un moulin pour valoriser les tourteaux en farine de noix. Une gamme élargie permet de pénétrer plus facilement les marchés, notamment les grandes et moyennes surfaces (GMS). Depuis la reprise, l’investissement s’élève à 200 000 Ä.

 

Épiceries fines et GMS

 

La clientèle de la société comprend des épiceries fines en Dordogne, Lot, Lot-et-Garonne et Corrèze. Avec la GMS, la société a intégré l’alliance locale de Leclerc, soit un contrat passé avec l’enseigne pour vendre dans 11 magasins situés dans un rayon de 100 km de l’entreprise. Les produits de la société sont vendus dans les magasins de La Périgourdine qui connaissent un important essor. La SARL travaille avec des faiseurs qui lui apportent la matière première pour du pressage à façon, une mise en bouteille, avant une restitution dans des cartons. « Nous allons essayer de nous appuyer davantage sur les GMS. La crise nous a montré que nous n’y étions pas assez présents », explique Laurent Chambon.

En quatre ans, l’entreprise a vu son chiffre d’affaires doubler pour atteindre 780 000 Ä l’année dernière. En dépit de la crise sanitaire et du premier confinement en 2020, durant lequel la société a instauré du chômage partiel, le chiffre d’affaires n’a baissé que de 5 % entre 2019 et 2020, selon le propriétaire, puisque la reprise de l’activité a été forte à partir de juin. « Nous allons un peu nous poser. Une entreprise évolue pas à pas. Nous arrivons sur un plateau qu’il faut gérer. Nous ne pourrons pas continuer à grossir ad vitam aeternam. »

L’écomusée de la noix, ouvert d’avril à fin octobre, accueille en temps normal entre 14 000 et 16 000 visiteurs pour une immersion dans l’univers de la fabrication de l’huile de noix. L’an dernier, crise de la Covid-19 oblige, le nombre d’entrées a baissé. Les entrées du musée et les ventes à la boutique représentent un quart du chiffre d’affaires.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex