Auteur : Lucie Roth
Publié : jeudi 18 mars 2021

 

Jumilhac-le-grand. À cheval entre Dordogne et Haute-Vienne, le porcelainier M.P. Samie est l’un des rares producteurs fabricants IGP. Il mise sur l’innovation pour diversifier ses débouchés.

 

Allier innovation et tradition 

L’histoire a retenu qu’un Lanouaillais est à l’origine de la découverte des filons de kaolin limousins, matière première de la renommée porcelaine de Limoges. C’est en tout cas la version qui circule chez le porcelainier M.P. Samie, dont l’entrepôt national se situe à Jumilhac-le-Grand, à quelques encâblures de son usine de production de Saint-Yrieix-la-Perche, dans le département voisin de la Haute-Vienne. 

Appartenant aujourd’hui au club très resserré des neuf producteurs fabricants IGP Porcelaine de Limoges, Roland Samie était décorateur sur porcelaine, puis grossiste et importateur à ses débuts. C’est en 2014 que les porcelaines M.P. Samie ont relocalisé leur production à Saint-Yrieix-la-Perche,  grâce à une usine robotisée du dernier cri, qui a nécessité un investissement de 4 M€. « Il y a deux machines comme celle-ci en France », explique
Olivier Samie, directeur général de l’entreprise et fils de Roland et Marie-Paule, les fondateurs. Leur robot permet notamment de produire quatre plats à four en 130 secondes. « Il faudrait un quart d’heure pour en produire un en coulage à la main, et avec le risque de déformation. » L’usine a beau être automatisée, elle respecte les processus de fabrication traditionnelle de la porcelaine. 

 

Production 95 % automatisée

Après une première cuisson entre 950 et 1 000 °C pendant dix heures, les pièces sont plongées dans un bain d’émail. Une machine effectue l’émaillage d’une pièce toutes les 20 secondes. Pour les plats à four, que l’usine de Saint-Yrieix est la seule à produire à l’aide d’un robot, celui-ci reproduit le mouvement de la main humaine. « C’était le premier robot au monde à faire ça », précise Olivier Samie. Il sort de l’usine de Saint-Yrieix 2 000 plats par jour.

Les pièces passent ensuite une seconde fois au four pour l’émaillage, à 1 380 °C durant 18 heures. Cette phase assure la finition et la résistance des objets à l’utilisation quotidienne : ils passent au four, au lave-vaisselle, au micro-ondes... 

Aujourd’hui, 95 % de la production Samie est réalisée à l’aide de la robotique et 5 % à la main, essentiellement pour des pièces artistiques. « On coule encore certaines pièces à la main, à l’ancienne, mais ce n’est pas possible de tout faire comme ça », expose Roland Samie. 

Une fois façonnées, les pièces qui le nécessitent sont décorées à la main. À Jumilhac, trois personnes sont dédiées à cette tâche. Le maître des lieux a un attachement tout particulier à l’atelier de décoration : il n’hésite pas à s’y installer de temps en temps pour vérifier qu’il n’a pas perdu la main. Le geste de Roland Samie est sûr lorsqu’il trace à l’or les prénoms qui viennent personnaliser tasses, assiettes et autres vases en porcelaine. Il a lui-même terminé de former Hervé Granet, employé chez M.P. Samie depuis 31 ans. « Il faut sept ans avant de savoir faire correctement ce métier », explique le peintre fileur décorateur. Sous ses mains expertes, l’apparition d’un filet net, à distance régulière du bord d’un plat ovale paraît pourtant couler de source... 

Dans les rayonnages de la plateforme de stockage de Jumilhac, des dizaines de moules en plâtre peuplent les étagères, voisinant avec des pièces finies, prêtes à être expédiées dans les 15 magasins partout en France et directement chez les clients. 

 

Recherche de nouveaux marchés

50 % de la production de M.P. Samie est habituellement destinée à l’hôtellerie-restauration. « Nous fournissons les chaînes Courtepaille ou la Pataterie. Depuis un an, c’est compliqué... » L’entreprise a vu son chiffre d’affaires plonger de 2,5 à 1,7 M€ entre 2019 et 2020. D’habitude, entre 15 et 20 t de porcelaine sortent de l’entrepôt jumilhacois chaque semaine. « En ce moment, on en fait à peine 10 », déplore Roland Samie. Avec le couvre-feu, les ventes des magasins décrochent. 

Dans l’attente d’une reprise du secteur de la restauration « pour lequel nous avons de grosses inquiétudes », il faut rechercher de nouveaux marchés. La possibilité de collaboration avec les hôpitaux est aujourd’hui à l’étude. Une assiette innovante conçue entièrement en France et dont la partie porcelaine est réalisée par M.P. Samie sera prochainement utilisée par un grand groupe dans ses hôtels.  

 


 

INNOVATION : Viande flambée en assiette

 

Parmi les dernières commandes enregistrées par son entreprise, Olivier Samie n’est pas peu fier de présenter une assiette réalisée sur mesure pour une utilisation innovante. Présentant une large rainure incurvée, elle permet d’installer une brochette garnie de viande ou poisson, qui cuira « en quatre minutes et sans odeur » grâce à un liquide écologique proposé par l’entreprise Aux cinq sens, qui viendra flamber les aliments. Les porcelaines Samie ont obtenu pour quatre ans l’exclusivité de la production de cette assiette particulièrement légère et, pour l’instant, réservée à l’hôtellerie. Elle devrait être disponible pour le grand public d’ici quelques mois. 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex