Auteur : Licie Roth
Publié : jeudi 26 novembre 2020

Industrie. La Socat a obtenu des fonds issus du plan France relance pour le secteur automobile et aéronautique. La société terrassonnaise doit investir dans un nouvel outillage automatisé.

 

2,11 millions pour relancer l’activité

 

Dans une année 2020 assombrie par la crise de la Covid-19 et ses retentissements économiques, la nouvelle redonne du baume au cœur du PDG de Delmon Group, Sylvain Broux. Maison-mère du groupe, la Socat a obtenu pour son projet “Socat 4.0” une aide substantielle de 2,11 millions d’euros, en répondant à l’appel à projets du plan France relance pour la filière automobile et aéronautique. « Nous avons fait un choix stratégique en déposant un projet sur l’automobile, un secteur moins concurrentiel que l’aéronautique en Nouvelle-Aquitaine », explique Sylvain Broux, alors que l’entreprise opère essentiellement sur ces deux secteurs. 

 

Développer  de nouvelles formules

 

L’aide ainsi obtenue permettra au groupe d’investir dans un nouvel îlot de production automatisée. Trois unités de ce type ont vu le jour cette année dans l’usine de Terrasson. « La robotisation va continuer », se félicite Sylvain Broux. 

La nouvelle unité ainsi financée permettra à la société, qui collabore déjà avec Renault et PSA, de devenir fournisseur de Mercedes et de se positionner sur les véhicules haut de gamme. Le fonctionnement du nouvel îlot nécessitera l’emploi d’une vingtaine de personnes. Pour produire la quantité de pièces nécessaires en gardant des coûts de main-d’œuvre concurrentiels, tout en conservant la production en France, l’automatisation ultra-performante était la seule solution.

Second axe du projet financé par les fonds du plan de relance, des investissements seront également réalisés au niveau du laboratoire de l’entreprise, qui développe toutes les formules d’élastomères utilisés par la Socat pour la conception de ses pièces en caoutchouc. Ces dernières sont utilisées par l’industrie automobile ou aéronautique pour assurer l’étanchéité des moteurs ou des fonctions antivibratoires. Les véhicules hybrides, 4x4 et voitures électriques représentent les nouveaux marchés porteurs du secteur automobile. 

Sur ce plan, l’activité, qui avait lourdement chuté durant le confinement du printemps était repartie, atteignant à la fin octobre 85 % de son niveau d’avant-crise. « Mais c’était avant le second confinement et la fermeture des concessions automobiles », précise Sylvain Broux, qui s’attend en conséquence à une nouvelle baisse d’activité. 

Alors que l’entreprise était dans une phase de croissance depuis 2016, passant de 30 à 38,9 M€ de chiffre d’affaires, le PDG s’attend à enregistrer 10 M€ en moins en 2020. D’autant que le secteur aéronautique n’a pas repris depuis fin mars et l’annulation de toutes les commandes. Seuls secteurs d’activité restés stables : le domaine du militaire et du ferroviaire. Il faudra donc faire des économies : à Terrasson, les machines de production ont toutes été rassemblées dans un seul et même bâtiment. Le deuxième, de 5 000 m2, est actuellement en vente.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex