Auteur : Lucie Roth
Publié : jeudi 19 novembre 2020

Transmission. La Chambre d'agriculture de Dordogne organise un direct en ligne autour de la transmission d'exploitation pour que les agriculteurs puissent poser leurs questions.

 

La clé de la réussite, la préparation

Cette année, le contexte sanitaire a obligé la Chambre d’agriculture à revoir l’organisation de sa journée consacrée à la transmission. Elle se déroulera jeudi 26 novembre, autour d’une visioconférence de 2 h 30 durant laquelle les agriculteurs pourront poser toutes leurs questions aux experts qui interviendront.

Plus de la moitié des agriculteurs de Dordogne ont aujourd’hui plus de 52 ans. Cette pyramide des âges rend d’autant plus crucial l’enjeu de la transmission des exploitations agricoles dans le département. « Si nous voulons conserver un nombre suffisant d’agriculteurs, afin d’assurer une alimentation de qualité et de proximité, de maintenir de l’emploi, de protéger nos paysages et donc de maintenir une dynamique rurale, la transmission est une question fondamentale », indique Pascal Chabaud, chargé de mission transmission à la Chambre d’agriculture de Dordogne. 

 

Anticiper quatre ou cinq ans avant de partir

 

Céder son exploitation ne se décide pas à la dernière minute. La journée du 26 novembre a pour objectif de « donner aux agriculteurs les éléments de réflexion pour qu’ils commencent à se projeter dans un nouveau projet de vie après l’agriculture ». De ce projet dépend en effet la préparation de la transmission. Quand partir à la retraite ? À quel montant aurai-je droit ? Comment transmettre l’entreprise ? Le patrimoine ? À quel prix ? Ai-je un repreneur dans le cercle familial ? « Ce sont des questions légitimes quand on arrive à 58 ans et plus », estime Pascal Chabaud.

Une fois qu’une date de cessation d’activité est envisagée, il s’agit de mettre en place un rétro-planning, afin que la passation se passe le plus sereinement possible. Le spécialiste conseille de se questionner quatre ou cinq ans à l’avance. En matière de transmission, une large diversité d’hypothèses sont envisageables : rester habiter sur place, vendre également l’habitation, louer une partie de l’exploitation... « Il faut poser des chiffres sur la table », explique le chargé de mission. Pour cela, la Chambre d’agriculture propose un diagnostic pour dresser l’état des lieux, faire une étude de rentabilité, une évaluation de la valeur des actifs, afin d’estimer au mieux la valeur de l’exploitation à céder et de construire une offre de transmission.

 

Trouver l’alchimie entre repreneur et cédant

« Ensuite, une fois le projet abouti, quand on ne cède pas dans le cercle familial, il faut le communiquer de la façon la plus large possible. » En ligne, via la Chambre d’agriculture, les réseaux spécialisés, la Safer, le site internet “Le bon coin”... toutes les solutions sont bonnes pour trouver le repreneur ou le nouvel associé d’une exploitation sociétaire. Au-delà du prix, il faut aussi que le cédant soit prêt à adapter son projet au repreneur qui s’offre à lui. « On transmet beaucoup plus que des biens physiques ou matériels en agriculture. »

Pour établir cette véritable « alchimie humaine » et trouver le binôme parfait, la Chambre d’agriculture peut mettre en relation cédants et repreneurs, via son fichier de candidats à l’installation. Celui-ci est d’ailleurs en croissance depuis le premier confinement. « L’augmentation du nombre de jeunes souhaitant s’installer sur le département est de l’ordre de 30 % », précise Pascal Chabaud. Cela fait quelque temps déjà que la majorité des installations aidées en Dordogne se fait hors cadre familial mais le chargé de mission note une amplification de ce mouvement de fond. « Les jeunes reviennent aux métiers manuels, dans lesquels on peut réellement voir ce qu’on a fait à la fin de la journée : l’agriculture répond à ce besoin et attire un certain nombre de jeunes qui cherchent du sens, des métiers plus proches de la nature. »

 


 

LE PROGRAMME

14 h-14 h 10 : intervention du président du comité d’orientation Transmission-Installation.

14 h 10-15 h : les règles et démarches pour prendre sa retraite (atelier animé par la MSA).

15 h-16 h 30 : quels outils pour transmettre son patrimoine
et son entreprise ? (atelier animé par un juriste de Cerfrance, la DDT, la Safer et une juriste de la Chambre d’agriculture).


Comment participer ?
Inscriptions : pascal.chabaud@dordogne.chambagri.fr ou 07 86 00 50 50.
Les participants recevront ensuite un mail avec les indications pour se connecter directement à la visioconférence.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex