Archives

 

4_hautBergerac. Le lycée des métiers de l’Alba accueillait jeudi 14 octobre une journée destinée à faire connaître ses formations et les débouchés dans l’industrie locale.

Les métiers de la chimie
et de l’industrie
présentés aux jeunes

Une demi-douzaine de classes des collèges environnants et des jeunes en recherche d’emploi ou de formation ont participé le jeudi 14 octobre à la journée dédiée aux métiers de la chimie et de l’industrie des procédés, proposée par la Mission locale et ses espaces économie emploi, le Pays du Grand Bergeracois, la Pamid, avec le soutien du Conseil général.
Au départ de cette journée, dont c’est la troisième édition, un constat : alors que le lycée professionnel de l’Alba enregistre une baisse sensible de ses effectifs dans le domaine de l’industrie des procédés, les usines du secteur peinent à recruter. Les débouchés existent, même sans diplôme parfois, et un jeune entré dans une entreprise avec un bac professionnel a des perspectives d’évolution. Sans compter que le bac peut être complété par un diplôme de type BTS ou DUT, voire ingénieur.
De plus, les métiers sur lesquels ils débouchent concernent un grand nombre de secteurs : de l’agroalimentaire en passant
par le traitement de l’eau, ou encore la cosmétologie…
Quant au tissu industriel, contrairement à ce que la plupart des Périgourdins pensent, il est tonique dans notre département, composé il est vrai en majorité de petites structures de quelques dizaines de salariés.
Les représentants de quelques-unes de ces industries étaient présents pour échanger avec les jeunes et répondre à leurs questions. Une autre, Interspray qui intervient dans la cosmétique, n’avait pu être là. Son activité a fait l’objet d’une présentation vidéo.
Eurenco, basé à Bergerac, fabrique des munitions et des dispositifs pyrotechniques à usage militaire ou industriel. L’entreprise recrute sur un large panel de profils, du non-diplômé pour les opérateurs, à l’ingénieur, en passant par les titulaires d’un BTS. Et, c’est à noter, les personnes qui intègrent la structure sans diplôme peuvent évoluer en interne ou en externe par la VAE, validation des acquis de l’expérience.

Différents niveaux de qualification
Le représentant d’Eurenco reconnaît que le passage obligé par un rythme en 5/8, avec travail de nuit et le week-end, constitue l’un des freins principaux au recrutement.
Étaient également représentées les entreprises Aquitaine Caoutchouc de Thenon qui fabrique des pièces techniques pour l’industrie, et Aquifrance qui travaille dans l’injection et le thermoformage des matières plastiques. La première n’exige pas de diplôme particulier à l’embauche, la seconde emploie des opérateurs sans qualification, des régleurs et des mécaniciens de maintenance de niveau bac pro.
Ce panel de métiers qu’offrent la chimie et l’industrie des procédés, les différents domaines dans lesquels ils interviennent font regretter plus encore aux responsables du lycée de l’Alba la désaffection des jeunes pour ces formations. Nul besoin d’être un “crack” en maths et en chimie pour se diriger vers ce type de diplôme. Un minimum d’intérêt pour les sciences, de la curiosité, mais surtout de la rigueur sont les principales qualités requises.
Pour la petite histoire, deux stands ont bien intéressé le public féminin de cette journée : Durlin, de Bergerac, qui fabrique des vernis à ongles, et Delviel Taiki, de Prigonrieux, qui conditionne à façon des produits cosmétologiques pour les grandes marques du groupe LVMH. Peut-être une occasion de voir naître des vocations.
Nadine Berbessou

 





Retour à la une ...

Thiviers. Douze stagiaires travaillent à la reconstruction, selon les techniques du bâti ancien, d’une petite maison, sur la zone d’activité de Labaurie.

Insertion, formation et patrimoine

Une borderie, en parler thibérien, c’est une petite maison, implantée dans les vignes, qui servait au repos des journaliers. Il se dit qu’après la disparition des vignobles du secteur suite au phylloxera, ces petites constructions ont abrité bon nombre d’amoureux. Toujours est-il qu’une de ces borderies est en train de revivre sur la zone d’activité économique de Labaurie, en bordure de la nationale 21, à quelques kilomètres de Thiviers.

Cette reconstruction est en fait un chantier d’insertion original regroupant 12 stagiaires qui vont, cinq mois durant, se former aux techniques du bâti ancien.

Le bâtiment en question, une charmante maisonnette à lucarne et à toit à quatre pans, se situait sur un terrain communal où elle gênait. Sous l’impulsion, entre autres, de Georges Brouillac, 1er adjoint de Nanthiat, élu de la Communauté de communes du Pays Thibérien, il a été décidé de la démonter pierre par pierre et de la stocker, avec l’objectif de mettre en place un chantier école plus tard.

La communauté de communes a repris le dossier l’an dernier, a fait réaliser une étude avant de décider de sa reconstruction sur la zone d’activité où elle apportera une touche esthétique. Le Conseil régional et l’Afpa, association de formation professionnelle pour adultes, ont fait part de leur intérêt pour le projet et le soutiennent. C’est ainsi que depuis fin juin, un groupe de douze stagiaires reconstruit à l’identique la borderie, encadré par Olivier Rougerie, formateur à l’Afpa de Boulazac. Du côté de Communauté de communes, les élus ont choisi de confier le chantier à Georges Brouillac qui est aussi encadrant technique à l’association d’insertion Intermaide 24.

Motivation et proximité

Les stagiaires ont été recrutés via l’Espace économie emploi, la mission locale, le pôle emploi et l’unité territoriale de Nontron. Deux réunions d’information collective ont été organisées réunissant 50 personnes. Douze ont été retenues en fonction de leur motivation et de leur capacité à travailler en équipe. Le critère de la proximité géographique a également joué, sachant que la mobilité est un problème important en milieu rural, pour des personnes en recherche d’emploi, les jeunes ou encore les allocataires du RSA, qui constituent le public visé par les chantiers d’insertion.

Métiers du bâti ancien

Pendant cinq mois, les stagiaires vont apprendre les techniques du bâti ancien, à travers plusieurs métiers. Ils ont commencé par les fondations et la construction d’une dalle. Actuellement, ils montent les murs en moellons, en respectant le plan de la construction initiale. Ils passeront ensuite à la charpente et à la toiture. Une fois la maison terminée, sera mise en œuvre la réalisation du parvis et du mur de soutènement.

L’objectif est de permettre aux stagiaires, dont certains ont déjà élaboré un projet professionnel, d’aborder plusieurs champs d’actions liés au bâti ancien, et de choisir celui ou ceux qui leur correspondent le mieux.

La formation est complétée par des apports de l’Afpa – cours, supports pédagogiques, ressources techniques – et par un stage de 70 heures en entreprises, que les stagiaires, avec le soutien de leurs encadrants, doivent trouver. Il s’agit, en plus de leur apporter des compétences, de les rendre le plus autonome possible et de favoriser l’accès ou le retour à l’emploi.

Cette formation est aussi qualifiante, puisque deux certificats de compétences seront délivrés aux stagiaires, avec possibilité de poursuivre à la fin du chantier la formation à l’Afpa ou en contrat de professionnalisation en entreprise, pour l’obtention du titre professionnel complet “maçon du bâti ancien”.

Les encadrants veillent également à l’unité du groupe. Par exemple, les repas de midi sont systématiquement pris en commun, confectionnés, alternativement, par deux restaurants, l’un de Thiviers, l’autre de Corgnac.

Voilà donc un chantier qui tisse des liens entre les personnes, mais aussi entre le passé et l’avenir.

Nadine Berbessou

Thiviers. Douze stagiaires travaillent à la reconstruction, selon les techniques du bâti ancien, d’une petite maison, sur la zone d’activité de Labaurie.

Insertion, formation et patrimoine

Une borderie, en parler thibérien, c’est une petite maison, implantée dans les vignes, qui servait au repos des journaliers. Il se dit qu’après la disparition des vignobles du secteur suite au phylloxera, ces petites constructions ont abrité bon nombre d’amoureux. Toujours est-il qu’une de ces borderies est en train de revivre sur la zone d’activité économique de Labaurie, en bordure de la nationale 21, à quelques kilomètres de Thiviers.

Cette reconstruction est en fait un chantier d’insertion original regroupant 12 stagiaires qui vont, cinq mois durant, se former aux techniques du bâti ancien.

Le bâtiment en question, une charmante maisonnette à lucarne et à toit à quatre pans, se situait sur un terrain communal où elle gênait. Sous l’impulsion, entre autres, de Georges Brouillac, 1er adjoint de Nanthiat, élu de la Communauté de communes du Pays Thibérien, il a été décidé de la démonter pierre par pierre et de la stocker, avec l’objectif de mettre en place un chantier école plus tard.

La communauté de communes a repris le dossier l’an dernier, a fait réaliser une étude avant de décider de sa reconstruction sur la zone d’activité où elle apportera une touche esthétique. Le Conseil régional et l’Afpa, association de formation professionnelle pour adultes, ont fait part de leur intérêt pour le projet et le soutiennent. C’est ainsi que depuis fin juin, un groupe de douze stagiaires reconstruit à l’identique la borderie, encadré par Olivier Rougerie, formateur à l’Afpa de Boulazac. Du côté de Communauté de communes, les élus ont choisi de confier le chantier à Georges Brouillac qui est aussi encadrant technique à l’association d’insertion Intermaide 24.

Motivation et proximité

Les stagiaires ont été recrutés via l’Espace économie emploi, la mission locale, le pôle emploi et l’unité territoriale de Nontron. Deux réunions d’information collective ont été organisées réunissant 50 personnes. Douze ont été retenues en fonction de leur motivation et de leur capacité à travailler en équipe. Le critère de la proximité géographique a également joué, sachant que la mobilité est un problème important en milieu rural, pour des personnes en recherche d’emploi, les jeunes ou encore les allocataires du RSA, qui constituent le public visé par les chantiers d’insertion.

Métiers du bâti ancien

Pendant cinq mois, les stagiaires vont apprendre les techniques du bâti ancien, à travers plusieurs métiers. Ils ont commencé par les fondations et la construction d’une dalle. Actuellement, ils montent les murs en moellons, en respectant le plan de la construction initiale. Ils passeront ensuite à la charpente et à la toiture. Une fois la maison terminée, sera mise en œuvre la réalisation du parvis et du mur de soutènement.

L’objectif est de permettre aux stagiaires, dont certains ont déjà élaboré un projet professionnel, d’aborder plusieurs champs d’actions liés au bâti ancien, et de choisir celui ou ceux qui leur correspondent le mieux.

La formation est complétée par des apports de l’Afpa – cours, supports pédagogiques, ressources techniques – et par un stage de 70 heures en entreprises, que les stagiaires, avec le soutien de leurs encadrants, doivent trouver. Il s’agit, en plus de leur apporter des compétences, de les rendre le plus autonome possible et de favoriser l’accès ou le retour à l’emploi.

Cette formation est aussi qualifiante, puisque deux certificats de compétences seront délivrés aux stagiaires, avec possibilité de poursuivre à la fin du chantier la formation à l’Afpa ou en contrat de professionnalisation en entreprise, pour l’obtention du titre professionnel complet “maçon du bâti ancien”.

Les encadrants veillent également à l’unité du groupe. Par exemple, les repas de midi sont systématiquement pris en commun, confectionnés, alternativement, par deux restaurants, l’un de Thiviers, l’autre de Corgnac.

Voilà donc un chantier qui tisse des liens entre les personnes, mais aussi entre le passé et l’avenir.

Nadine Berbessou


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex