Auteur : Interbois
Publié : vendredi 9 décembre 2016

Sylviculture. Les volumes de bois commercialisés restent stables. En revanche, la demande est fortement contrastée en fonction des essences.

Note de conjoncture automne 2016

Les constats établis au printemps, concernant l’activité de la filière bois qui oriente la dynamique de l’exploitation forestière sur le territoire départemental, n’ont pas beaucoup évolué depuis la rentrée de septembre 2016. Globalement, les volumes de bois commercialisés sont stables avec une demande en bois contrastée en fonction des essences.
En ce qui concerne les bois résineux exploités en Dordogne (84 % de pins maritimes), ils sont majoritairement destinés aux marchés de l’emballage et à certains marchés de bois de qualité (moulures, menuiseries…). La valorisation des bois de qualité reste inégale et fragile en fonction des territoires et des marchés. Quant au secteur de l’emballage, il est en évolution depuis ces derniers mois et demeure toujours aussi concurrentiel. Actuellement, les transformateurs locaux n’échappent pas à l’importance de disposer d’une ressource mobilisable et compétitive. De ce fait, les lots de pins continuent de trouver preneurs à des prix stables.
Pour ce qui concerne le chêne, les indicateurs demeurent bien orientés avec des marchés toujours demandeurs confortant ainsi une demande soutenue des exploitants forestiers scieurs de Dordogne. Les prix d’achat de bois sont fermes, ce qui devrait inciter les propriétaires forestiers à proposer à la vente des lots de bois de cette essence et à engager des travaux sylvicoles associés.
Les professionnels locaux du châtaignier ont retrouvé une activité plus dynamique en termes de sciages et produits transformés. L’effort commercial associé à des outils de communication ciblés semble marquer des points. L’inquiétude, que nous partageons avec les propriétaires forestiers, concernant le dépérissement de cette essence (associé au développement du cynips) sur certaines zones, doit nous pousser à plus de sylviculture dans les peuplements où le développement de cette essence n’est pas remis en cause.
Les transformateurs de peupliers confirment une orientation positive de leurs marchés (déroulage, sciage). Le rythme des coupes s’accentue sur notre territoire et les prix sont bien orientés notamment en ce qui concerne des bois jeunes et particulièrement bien élagués. Ces signes positifs doivent encourager les populiculteurs à planter et/ou renouveler leurs peuplements.
L’activité semble favorable pour le bois d’industrie résineux, ce qui est un facteur encourageant pour les futures coupes d’éclaircies des reboisements réalisés après la tempête Martin de 1999. Quant au bois d’industrie feuillus, la situation est plus délicate. En effet, les stocks sont importants et la demande beaucoup plus contingentée du fait des arrêts techniques. La diminution du prix d’achat perturbe d’autant l’exploitation forestière de ce type de bois.
Enfin pour le bois de chauffage, les professionnels espèrent un hiver rigoureux car les stocks de bois sont importants mais les prix restent stables.


Prix des bois verts sur pied en Dordogne

Tout d’abord, il est utile de préciser que cette grille des prix est issue d’une enquête rigoureuse menée par les techniciens d’Interbois-Périgord auprès d’un panel représentatif de professionnels et de techniciens de la filière forêt-bois de la Dordogne.
D’autre part, ces prix sont le reflet d’une tendance générale du marché en Dordogne, ils sont donnés à titre indicatif. En aucun cas, ils ne peuvent servir de référence lors de transactions commerciales. Des disparités géographiques peuvent exister pour certaines essences dues principalement aux marchés locaux, aux marchés de niche, à la nature des coupes, à l’importance des lots, etc. De plus, le prix des bois doit aussi prendre en compte les conditions d’exploitation (accessibilité, surface, pente, etc.).
Nous vous proposons également une note de conjoncture (ci-dessus) qui permettra de se rappeler que la filière forêt-bois est un ensemble et que l’orientation des marchés de transformation a des conséquences sur les prix d’achat des bois.

2229 cours bois


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex