Auteur : Nadine Berbessou
Publié : vendredi 17 octobre 2014

La manifestation Rue des métiers d’art a lieu les 24, 25 et 26 octobre à Nontron. Delphine Viau, sellière à Marsaneix, y participera pour la deuxième année.


La sellerie Talaron



2119 24 2Arrivée en Dordogne en 2002 pour suivre un cursus BTS gestion et protection de la nature au lycée agricole de Périgueux, Delphine Viau, Tourangelle, n’a depuis jamais quitté le département. Passionnée par les chevaux, elle passe ensuite un brevet d’accompagnateur de tourisme équestre « parce que le cheval et les promenades sont des outils fabuleux de sensibilisation à la nature », explique la jeune femme. Le tourisme équestre est une activité saisonnière  qui impose de nombreux déplacements alors qu’elle aspire à se “poser”. « J’ai cherché un métier complémentaire au milieu du cheval. Comme je suis manuelle et que j’ai constaté que, dans certains centres, les selles fournies étaient catastrophiques, j’ai eu envie d’en fabriquer pour aider le cavalier à être à l’aise et efficace sur son cheval ».
Mais la sellerie est un métier très technique, qui ne s’improvise pas. Delphine Viau décide d’en acquérir les savoir-faire par apprentissage. Elle passe un an chez le spécialiste de la selle haut de gamme CWD à Nontron. « J’y ai appris la perfection du travail et la vitesse d’exécution. Mais le contact avec le client me manquait ». Pour sa deuxième année, Delphine choisit d’aller travailler chez un petit artisan pour apprendre le sur-mesure, puisque, dans ce type d’atelier, chaque selle est unique. À l’issue de ces deux ans d’apprentissage dans des univers différents mais complémentaires, la jeune femme a obtenu son CAP de sellier harnacheur. Elle a créé son atelier en 2010 à Marsaneix, près de Périgueux, et lui a donné le nom de Sellerie Talaron, en référence à l’un de ses grands-oncles Auguste Talaron, sellier garnisseur. « Je ne l’ai jamais connu, explique Delphine, mais j’ai récupéré quelques-un de ses outils. Et je trouvais que son nom sonnait bien ».


Fabriquer et réparer


La sellière de Marsaneix fabrique des selles sur-mesure et des accessoires tels que bridons, filets, sangles, licols… Elle réalise aussi des équipements pour les randonnées comme les sacoches. Une grande partie de son activité porte sur la réparation de selles et d’accessoires. Avec plus de 80 centres équestres dans le département, le potentiel est important. La qualité et l’originalité de son travail commencent à être connues dans ce milieu. Une notoriété qu’elle travaille en participant le plus souvent possible aux manifestations que ces structures organisent. Mais elle sait qu’il lui faudra encore quelques années pour vivre complétement de son activité. Aussi est-elle surveillante à mi-temps dans un lycée.


Maroquinerie


Depuis trois ans, Delphine Viau s’est lancée dans la maroquinerie. « Au début, je l’ai fait pour me diversifier. Finalement, cela me plaît beaucoup. La fabrication d’une selle est normée et figée, la maroquinerie laisse beaucoup plus de place à la créativité, et les deux activités se nourrissent. Par exemple, la maroquinerie permet d’aborder différemment le travail sur la bagagerie équestre ».
Elle travaille aussi bien le cuir souple que le rigide sur lequel elle réalise des décors en repoussant la peau.
« Mon style est en développement, explique-t-elle. Je tiens à créer de nouveaux modèles souvent. Je travaille à la main, mais aussi à la machine pour avoir des produits moins onéreux ».
Le public pourra découvrir la diversité de ses réalisations les 24, 25 et 26 octobre à Nontron, lors de la manifestation Rue des métiers d’art. « C’est ma deuxième participation, précise Delphine Viau. Les gens qui y viennent ont de l’intérêt pour les métiers d’art. Ils savent que les prix pratiqués sont justifiés par le temps passé. C’est intéressant en terme de retombées économiques. Et c’est l’occasion de rencontrer et d’échanger avec d’autres professionnels ».


www.sellerie-talaron.net

MAIN ET MACHINE


Pour la maroquinerie, je travaille à la main mais aussi à la machine pour avoir des produits moins onéreux.

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex