Auteur : Nelly Fray
Publié : vendredi 5 février 2016

Bergerac. Tout lundi, les chefs et sommeliers des cinq restaurants en lice ont préparé leurs alliances mets-vins. Le binôme de La Gabarre, à Saint-Julien-de-Lampon, a séduit le jury.

Les toqués de vins et de truffes ont attribué le prix Ragueneau

Tôt le matin, c’est le marché aux truffes. Les cinq équipes qui concourent pour le prix Ragueneau se retrouvent à Ste-
Alvère pour choisir le diamant noir qui leur permettra de briller de mille feux et peut-être d’éblouir le jury du prix Ragueneau.
Un prix qui, depuis dix ans, a su se faire une place de choix parmi les amateurs de bonne chère, à commencer par les chefs cuisiniers eux-mêmes et les critiques gastronomiques. La cinquième édition du prix Ragueneau, organisé tous les deux ans par l’interprofession des vins de Bergerac et Duras et la ville de Sainte-Alvère, n’a pas dérogé à la règle. Après le marché et le choix des denrées, suivi d’un casse-croûte, les équipes prennent le chemin du lycée hôtelier Jean-Capelle à Bergerac pour y préparer un amuse-bouche et un plat, chacun assorti de son vin choisi par le sommelier et le cuisinier : les deux font la paire.
Sous le regard bienveillant de la chef Marie Rougier, commissaire du concours, chaque binôme a une durée impartie et une liste d’ingrédients à marier ensemble. Pour la 5e édition, il s’agissait de composer avec la truffe et le foie gras IGP Périgord, mais aussi la noix de Saint-Jacques, plus deux vins choisis parmi les appellations viticoles de Bergerac et de Duras.
C’est le chef et la sommelière du restaurant La Gabarre, de Saint-Julien-de-Lampon, Ludovic Raymond et Valentine Couder, qui ont remporté le prix Ragueneau cette année. Chose rare, deux équipes se sont partagées la deuxième place : les chefs et sommeliers des restaurants 1911 d’Orcines (Puy-de-Dôme) et Les Merles à Mouleydier. Impossible à départager, a expliqué le président du jury lors de la soirée de remise des prix, à la Maison des vins. Un président-romancier puisque Jean-Pierre Alaux est l’auteur du feuilleton “Le sang de la vigne” et il prépare un prochain épisode de sa série...  dans le vignoble du Bergeracois.

Parler aux papilles

Sous ses dehors glamour, le prix Ragueneau est une opération originale de promotion de la gastronomie périgourdine et de son art de vivre. C’est bien comme cela que l’entend Hélène Piot, chef de rubrique du magazine gastronomique Régal, qui faisait partie du jury auprès de ses confrères de France Inter et de la revue des vins de France. Pendant les deux jours passés en Dordogne avec sa photographe, elle a visité truffières et chais, guidée par le service communication de l’IVBD. Un reportage sortira dans son magazine sur ce Bergeracois qui l’a tant charmée en novembre prochain.
De grands chefs faisaient également partie du jury, un étoilé de Dordogne (du château des Vigiers) et deux chefs un et deux macarons Michelin venus de Bretagne, attirés par l’audace de l’alliance du produit de la terre par excellence et de la reine des produits de la mer.
Ils n’ont pas boudé leur plaisir à la dégustation des plats, goûtant les vins, les commentant entre eux. Le prix Ragueneau consiste donc à parler aux papilles des prescripteurs du monde de la gastronomie pour avoir des retombées médiatiques, mais pas seulement. Il a aussi une vocation pédagogique. En effet, les élèves de la mention sommellerie de l’école hôtelière Jean-Capelle sont mis à contribution au cours de l’exercice, mais aussi lors de la soirée qui suit la remise des prix. Cette année, le chef Vincent Arnould, du restaurant Le Vieux logis de Trémolat, officiait en cuisine pour le plus grand plaisir des invités.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex