Auteur : Lionel Robin
Publié : vendredi 19 septembre 2014

Pour un gibier transformé et commercialisé

Même si certains avaient déjà pu sortir leur fusil, notamment pour le sanglier, l’ouverture générale de la chasse a eu lieu dimanche dernier, pour le plus grand plaisir des quelque 22 000 chasseurs périgourdins dont 1 à 2 % de femmes. Si le nombre de chasseurs continue de baisser, de l’ordre de 1 à 2 % par an, en revanche, le nombre de nouveaux permis, entre 300 et 350 cette année, est en augmentation, 100 de plus par rapport à il y a cinq ans. De quoi réjouir les responsables de la Fédération départementale des chasseurs qui présentaient cette nouvelle saison jeudi 11 septembre dans la galerie marchande d’Auchan à Marsac. « Ces nouveaux permis sont importants pour nous parce qu’il y a des jeunes et de jeunes retraités qui n’avaient jamais chassé, » souligne Mathieu Salvaudon, directeur de la Fédération départementale des chasseurs de Dordogne.
Se retrouver dans la galerie d’un grand magasin est pour la fédération un bon moyen de communiquer auprès du grand public, et c’est la septième fois que Auchan l’accueille.

Traçabilité et origine

Pour Michel Amblard, le président de la fédération, cette rencontre est aussi l’occasion de lancer un appel en faveur de la viande de gibier locale. « Une partie de chasse se termine par des prélèvements et nous sommes formés à l’hygiène de la venaison, c’est-à-dire, explique le président, inspecter les carcasses, identifier les anomalies et les signaler aux vétérinaires si besoin. » Or, cette viande est le plus souvent consommée en circuit très court, par les chasseurs, la vente réalisée par quelques sociétés de chasse...
Les responsables départementaux aimeraient développer une consommation locale grâce à une transformation sur place. « Nous avons un label national “Gibier de chasse - Chasseurs de France” qui garantit traçabilité et origine des produits, » précise Mathieu Salvaudon. Mais, en Dordogne, il n’existe à ce jour aucun atelier de transformation de gibier sauvage. « Nous, nous serions ravis d’apporter nos produits de chasse à un transformateur local », lance Michel Amblard. Patrick Danais, le directeur d’Auchan, explique qu’il serait tout à fait favorable de pouvoir proposer à ses clients du gibier de Dordogne, toute l’année, « plutôt que simplement aux périodes des fêtes avec des gibiers issus d’élevage ou importés ».
Pour appuyer leurs propos, les responsables cynégétiques départementaux ont fait déguster des produits de venaison issus d’un atelier agréé du nord de la France, les curieux s’en sont régalés.


UN DIMANCHE À LA CHASSE

 

Cette année, ce sera la deuxième édition de “un dimanche à la chasse”, opération nationale de promotion de l’activité cynégétique auprès de ceux qui la méconnaissent. Cette manifestation aura lieu le 19 octobre et, en Dordogne, ce ne sont pas moins d’une quarantaine de sociétés de chasse qui y participe. L’objet est de faire découvrir la chasse à ceux qui ne la connaissent pas et qui ne peuvent pas y être initiés par des proches. « Il s’agit vraiment d’emmener les gens à la chasse pour la leur faire découvrir dans tous ses aspects, en particulier en ce qui concerne la sécurité », précise Mathieu Salvaudon, le directeur de la Fédération départementale des chasseurs de Dordogne. Les curieux auront l’occasion de découvrir plusieurs types de chasse, aux petits gibiers, en battues, à l’approche, à la palombe, etc. Pour participer ou demander des renseignements : www.chasseurs24.com ou au 05 53 35 85 00.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex