Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 31 octobre 2014

Aéroport. Sur avis de la Chambre régionale des comptes, la CCI devrait se retirer de l’actionnariat de l’aéroport ; soit un trou de 240 000 euros à faire financer par un autre actionnaire que le Syndicat mixte Air Dordogne n’a pas encore trouvé.

« La décision finale appartient au Smad »

Sommée à deux reprises par l’État de se retirer de l’actionnariat de l’aéroport de Bergerac, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la Dordogne semble ne plus avoir trop le choix et vouloir se plier à l’avis de la Chambre régionale des comptes, laquelle déclare que la CCI ne peut être juge et partie, en étant à la fois gestionnaire via la délégation de service public et actionnaire de l‘aéroport de Bergerac.
Un avis qui n’est pas une surprise pour Christophe Fauvel, président de la CCI : « Quand nous avions été choisis par le Smad
(Syndicat mixte Air Dordogne), cette situation avait déjà été soulignée. Le temps qu’on trouve une autre collectivité pour nous remplacer au niveau de l’actionnariat, le calendrier s’est accéléré. »
Le préfet de région ainsi que le préfet de Dordogne ont en effet rappelé deux fois à l’ordre la CCI cette année. Christophe Fauvel constate donc : « Nous sommes face à une double contrainte. La première est juridique. La seconde, c’est l’actualité des réseaux consulaires qui nous l’impose. Bercy nous demande 2,5 millions et nous aurons un déficit de 37 % sur nos budgets. Cet aspect financier nous oblige à nous retirer. »

La Région remplaçante ?

À l’époque déjà, les regards se tournaient vers la Région, qui intervient dans le financement des aéroports de Pau et de Mérignac. « Pourquoi pas pour Bergerac ? Il n’y a aucune raison pour que la Région ne vienne pas en aide à un outil économique tel que l’aéroport, souligne Serge Mérillou, président du Smad. On ne voit pas comment on pourrait nous dire qu’il y a deux poids, deux mesures. Entrer dans l’actionnariat de Bergerac serait une bonne opportunité pour le Conseil régional, compte tenu de ses compétences à venir. »
Pour autant, malgré les rappels à l’ordre de la préfecture, Serge Mérillou se dit serein : « Je serais inquiet si on avait un trou financier. Ce n’est pas le cas. L’aéroport se porte bien. Ce qui a lieu, c’est une évolution de l’actionnariat », ajoutant : « Il y a des règles, des statuts. La décision finale appartient au comité syndical, pas à la Chambre régionale des comptes qui n’a émis qu’un avis. » Comprenez : le Smad ne laissera pas partir la CCI comme ça, sans lui avoir trouvé de remplaçant.
L’affirmation de Bernard Uthury, vice-président chargé des transports à la Région Aquitaine, qui déclarait, mardi, dans les colonnes de nos confrères de Sud Ouest que la Région ne pouvait « intervenir que pour des investissements structurants, pas pour un déficit de fonctionnement », ne semble pas ébranler le président du Smad. « Les discussions sont encore en cours. Ce n’est pas l’avis d’un vice-président qui peut engager la Région. »


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex