Auteur : Nelly Fray
Publié : vendredi 23 septembre 2016

Monsec. Mardi 13 septembre, vers 21 h 30, un tourbillon de vent a arraché les toitures de l’exploitation laitière de la famille Queguiner et abattu un séquoia plusieurs fois centenaire.

« C’était comme une tornade pendant un quart d’heure »

2218 7 milieuAnnie Queguiner venait de rentrer chez elle sur le coup de 21 heures, quand elle a entendu un bruit de tuiles qui se brisaient en tombant sur le sol. Le temps de sortir et un coup de vent a fait voler la poussière et les feuilles dans sa cour de ferme. En un quart d’heure, c’était fini mais les dégâts sont impressionnants.
Non seulement la maison où vivent les Queguiner a une partie de sa toiture à refaire, mais le bâtiment agricole juste à côté, dont la toiture avait été refaite en 1998, est presque entièrement découvert. Un peu plus loin, une grande partie de la couverture de la stabulation où sont installés les vaches laitières et le robot de traite est arrachée. Un autre bâtiment, pour les génisses, juste à côté, est intact, tout comme les autres maisons du hameau de Pontarneau, à Monsec, qui n’ont pas subi les méfaits de cette mini-tornade. « Nos voisins ne vivent pas à l’année ici, on leur a téléphoné pour leur dire qu’une tornade était passée chez nous, mais que mises à part des branches arrachées, ils n’avaient pas de dégâts », explique Annie Queguiner, encore sous le choc.
La famille Queguiner élève une cinquantaine de bovins lait en plus de leur troupeau allaitant. Si les dégâts matériels sont impressionnants sur leur exploitation, les troupeaux sont indemnes. Une seule vache laitière est blessée, les autres n’ont pas été touchées par les plaques éverites qui sont pourtant tombées dans leur bâtiment.

De surprise en surprise

La première surprise passée, les Queguiner ont fait le tour du propriétaire pour voir les dégâts. Et là ils ont eu la stupeur de voir un séquoia géant, qui figurait parmi les arbres remarquables classés par l’association Mathusalem Dordogne, déraciné. D’une envergure exceptionnelle, cet arbre n’est heureusement pas tombé sur la maison, mais sur les autres arbres, de plus petite taille, du jardin. Scène de dévastation qui n’a eu lieu… que dans ce jardin car, à quelques mètres, les arbres des voisins sont restés debout. « C’est vraiment étrange que ce tourbillon de vent, que n’a accompagné aucun orage, pas de pluie, rien, ait pris de la vitesse juste ici », s’étonne l’éleveuse.
Son mari, Philippe, qui rentrait chez lui en tracteur, a vu un arbre tomber sur sa cabine, mais il n’a pas été blessé. Désormais, il faut faire vite les réparations car les vaches sont sans toiture. Le premier à avoir été mis à l’abri, c’est le robot de traite. Pas de perte de production à la suite du stress des vaches. L’expert des assurances est passé mardi et la famille est bien assurée. « On a échappé au pire », soupire Annie Queguiner.

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex