Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 3 juillet 2015

Initiative. La Chambre de commerce et d’industrie lance “Dordogne impulse“, son portail de financement participatif, en collaboration avec la société Bulb in town. Premier exemple réussi, celui d’Adrien, restaurateur, qui a ouvert Le Veilleur d’Urval.

Si tout le monde mettait la main à la poche ?

Adrien de Buzelet tient à le (re)préciser : non, il ne fait pas la manche. S’inscrire dans une démarche de financement participatif, ce n’est pas demander l’aumône. Quand il s’est lancé dans cette opération avec la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et le site de financement participatif Bulb in town, le jeune restaurateur n’avait pas que ça comme corde à son arc évidemment. Il avait déposé une demande de prêt auprès d’une banque et d’Initiative Périgord, association qui délivre des prêts d’honneur.
« Ce n’est pas avec les sommes que l’on récolte sur ce genre de site qu’on monte un restaurant. Mais ça aide. Le dossier n’était pas encore financé que ça rassurait déjà les banques, explique-t-il. Et ça permet de jauger la popularité du projet, tout en en assurant sa promotion. C’est de la publicité et ça ne coûte rien. »
Adrien de Buzelet a ainsi récolté 5 515 euros, soit 515 euros de plus que le seuil qu’il s’était fixé. C’était il y a quatre mois. Depuis, Le Veilleur d’Urval a ouvert avec une belle enseigne et une terrasse, toutes deux payées par les participations de 10, 20, 50 euros, amassées sur le site Bulb in town.

Coach communication

Adrien était le premier, pionnier du portail de financement participatif que la CCI a mis en place, en partenariat avec Bulb in town, et baptisé “Dordogne impulse“. « Nous voulions proposer un levier supplémentaire pour dynamiser l’économie locale, souligne Laurent Sanvoisin, responsable du service création, reprise et transmission d’entreprise de la CCI 24. Et au-delà du financement, assurer la promotion de ces projets. »
Car ce n’est pas du financement participatif par-delà les frontières que prône la CCI ou Bulb in town, même si le vecteur est internet. « C’est du financement de proximité. Ce sont les habitants, les proches, les acteurs du territoire qui s’implique dans le bon fonctionnement de leur territoire », note Alexandre Laing, président de Bulb in town.
Concernant le Veilleur d’Urval, c’est un peu devenu “leur“ restaurant. « Ils sont fiers que ça fonctionne parce qu’ils se disent que c’est un peu grâce à eux. Ils y reviennent, amènent des amis, de la famille. Ce n’est pas anodin », se réjouit Adrien de Buzelet, qui a aussi apprécié d’être “cadré“ sur tout l’aspect communication. « En tant que jeune chef d’entreprise, on ne sait pas forcément comment s’y prendre. Ils nous donnent un agenda de campagne, des dates limites pour animer notre projet et le site. C’est appréciable. »
Trois autres projets sont actuellement sur le portail de la CCI pour qui voudrait leur donner un coup de pouce.



EN CHIFFRES

2 à 10 000 euros de financement obtenus via ce genre de démarche participative
45 jours en moyenne de campagne de communication pour atteindre le montant de participation fixé au départ

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex