Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 27 mai 2016

Santé. Dans le but de prévenir les troubles musculo-squelettiques, première cause de maladie professionnelle en France, la Carsat Aquitaine lance deux aides financières pour aider les entreprises à établir un diagnostic et un plan d’action.

Bannir les troubles musculo-squelettiques

On y pense parfois quand on se trouve à la caisse du supermarché où l’on voit l’hôtesse passer les produits sortis de notre chariot, de droite à gauche, inlassablement. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) se sont révélés au grand public via ces métiers où le même mouvement se répète toute la journée. Comme à l’usine aussi. Mais pas uniquement.
Nicolas Bourdonneau, ergonome, référent TMS à la Carsat Aquitaine, précise : « Nous avons progressé par rapport au contenu technique en entreprise. Les gestes sont facilités par des technologies plus poussées. Mais ce qui augmente, ce sont les facteurs de crispation qui, combinés à des gestes répétitifs, génèrent des TMS. C’est l’organisation du travail, plus rigide, qui facilite l’apparition des TMS. »
Les conséquences : des douleurs de dos, des tendinites à répétition qui sont aujourd’hui reconnues comme des TMS. En Dordogne, en 2014, ce sont 392 déclarations maladies qui ont été déclarées découlant de TMS. Financièrement, l’impact est énorme : 45 000 journées de travail perdues, soit 2 millions d’euros payés en indemnités journalières. Un manque à gagner que la Carsat Aquitaine a décidé d’enrayer en proposant deux accompagnements pour que les entreprises identifient les sources de TMS et mettent en place des actions de prévention.

Diagnostic et accompagnement

L’une a été baptisée TMS Pros Diagnostic, l’autre TMS Pros Action. Comme leur nom l’indique, ces aides ont pour but de diagnostiquer et agir pour lutter contre le développement des TMS en entreprise. Cela passe par la formation d’une personne pour qu’elle devienne référente au sein des équipes en matière de prévention des TMS, la venue d’un ergonome qui établisse un diagnostic et des solutions techniques et organisationnelles. La seconde consiste en la réalisation concrète de ces solutions.
« En 2015, nous avons fait une demande d’étude ergonomique, ce qui a débouché sur un projet de réimplantation de notre atelier, témoigne Laurent Mollon, responsable du Saloir du Périgord, qui a bénéficié de ces aides. Nous avons installé un matériel automatique et repositionné nos salariés cette année. Ils gagnent un jour de travail qu’ils consacrent à se reposer ou effectuer d’autres tâches moins traumatisantes que sur le poste de désossage. »
L’aide de la Carsat lui a permis de financer 30 % d’une machine qui coûte 130 000 e. Il a par ailleurs formé une personne ressource sur les TMS et amorcé la création d’un comité de santé au travail. L’expérience fut tellement concluante qu’il envisage même l’achat de la même machine pour sa filiale basée dans le Sud-Est.


LES TMS, C'EST QUOI ?

Les troubles musculo-squelettiques résultent de la combinaison de gestes répétitifs accusant une certaine pénibilité et d’un environnement créant une contrainte supplémentaire, des facteurs extérieurs de crispation tels que le manque de temps, une mauvaise organisation... Les affections touchent les tendons, les muscles, les articulations au niveau du cou, du dos, des épaules, bras et membres inférieurs. Les TMS peuvent être reconnus comme maladies professionnelles selon cinq catégories dont les deux principales sont les affections péri-articulaires provoquées par certains gestes et postures, les affections dues aux chocs et vibrations.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex