Auteur : Nelly Fray
Publié : vendredi 12 décembre 2014

Scar. La Société coopérative agricole du Ribéracois, en assemblée le 10 décembre, tient bon malgré la baisse des cours de toutes les productions végétales. Avec des rendements records en 2014, elle poursuit ses projets de développement.

Une coopérative « modeste et bien gérée »

« Améliorer nos performances, c’est notre but et, bien que modeste, notre coopérative est bien gérée. » Un pied de nez aux géants qui entourent la Société coopérative agricole du Ribéracois (Scar), comptant 1 760 associés coopérateurs actifs et 239 associés non coopérateurs actifs ? Le fait est que le président de la Scar, Jean-Jacques Gendreau, prône une coopérative à taille humaine, maîtrisant ses charges pour mieux soutenir ses adhérents.
Après deux ans d’euphorie où la Scar a confirmé son redressement et la reprise de ses investissements, la campagne 2013-2014 la met une fois encore à l’épreuve de la chute des cours des céréales. Conséquence directe : tous les indicateurs sont en baisse, a souligné l’expert-comptable de la coopérative lors de son assemblée générale, le 10 décembre à Ribérac.
Ainsi, le chiffre d’affaires global de l’entreprise chute de 18 % pour atteindre 48 millions d’e. Sans surprise, c’est le chiffre d’affaires de la collecte des céréales qui baisse le plus (- 26 %). Celui des approvisionnements baisse dans une moindre mesure (- 10 %) et celui des activités liées à l’élevage se stabilise.
La collecte reste pourtant à un niveau très correct : 120 435 tonnes, toutes productions confondues, dont 66 000 t en maïs, supérieures de 4 600 t par rapport à la précédente campagne. En plus, 43 000 t de céréales à paille ont été apportées, en baisse de 3 200 t. La part des oléo-protéagineux est stable.
Pas vraiment d’inquiétude, a commenté le président Gendreau, même si la baisse du prix de vente moyen, passé en un an de 254 euros à 189 euros/tonne peut avoir des conséquences sur le court terme. En atteste l’envol des prêts sur approvisionnement consentis pour soutenir les adhérents coopérateurs en difficulté.

Résultat positif de 205 000 euros

Le contexte n’est pas porteur. Le directeur Philippe Roussillon n’a pas semblé très optimiste pour la campagne en cours car, malgré une collecte record qui devrait dépasser les 155 000 tonnes, « ce qu’on n’avait pas vu depuis 10 ans », les prix sont orientés à la baisse.
La coopérative jouera son rôle auprès des producteurs. Son résultat net reste positif (205 000 e), même s’il est moins florissant (788 000 euros en 2012-2013). La Scar annonce la redistribution d’une partie de son excédent, à hauteur de 32 000 euros, sous forme d’intérêt aux parts sociales.
Conservant une bonne capacité d’autofinancement de 1,2 million d’e, la coopérative a les moyens de ses projets. Elle a investi 493 000 euros pour développer son unité
de stockage à Saint-Astier. Elle reconstruit également son site d’Excideuil sinistré par un orage. Dans le même temps, elle poursuit sa recapitalisation et reconstitue son fonds de roulement.
Un point a été fait sur la situation financière du groupe Scar, avec ses filiales, SARL Valdrie 16, Terroir et tradition 24 et Mau’rev, qui a permis de dégager un résultat net positif de 72 000 e.
 Une assemblée extraordinaire a clôturé les travaux de la Scar, suivie d’une intervention d’un chargé de mission AGPM sur la réforme de la PAC. Cette AG extraordinaire a voté (moins une abstention) la modification des statuts de la coopérative pour ne plus avoir à organiser des assemblées de section, pas assez suivies en général par les
adhérents, précédant l’assemblée générale. Désormais, ce sera séance unique et tous les adhérents et des invités pourront y assister.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex