Auteur : Nelly Fray
Publié : vendredi 27 mai 2016

Viticulture. Bon anniversaire à l’AOC Monbazillac, acquise de haute lutte en mai 1936. Une grande journée de fête va marquer l’événement, dimanche 29 mai, avec défilés, marché gourmand, vente aux enchères de vieux millésimes, dîner de gala.

L’appellation Monbazillac fête ses 80 ans

Il était une fois des moines qui vivaient dans un prieuré bénédictin créé au XIe siècle à Bergerac. Fort occupés, ils délaissent leur vignoble et les raisins pourrissent sur pied. Têtus, les moines décident de vinifier malgré tout. Le liquoreux est né, la pourriture noble est sa signature.
Laissons filer dix siècles. Mai 2016, les professionnels des vins de Monbazillac vont fêter ce dimanche les 80 ans de leur appellation d’origine contrôlée créée en mai 1936, comme l’AOC Arbois, Tavel, Cassis, Châteauneuf-du-Pape... Une grande fête a été donnée dans la cour du château, lequel, propriété de la cave coopérative de Monbazillac, incarne la puissance de ce vin copié, jamais égalé.
Un vin exigeant. Pour mûrir et se gorger de sucres, il lui faut du soleil et des brumes matinales pour que les grappes se couvrent de botrytis cinerea, une pourriture non acide. Monbazillac est peut-être un breuvage des dieux qu’ils façonnent selon leur bon vouloir et qu’ils peuvent s’amuser à détruire d’un orage trop fort ou d’un méchant coup du sort. À la fin du XIXe siècle, comme tout le vignoble français, les liquoreux de Monbazillac faillirent disparaître à cause du phylloxera.

Un ministre agronome

Une crise économique s’ensuit, exigeant de mettre de l’ordre « dans des pratiques devenues douteuses et des manipulations pour le moins frauduleuses quant à l’élaboration des vins », selon Jean-François
Vidalie dans son beau livre*. C’est un ministre de l’Agriculture agronome, Joseph
Capus, qui lance les hostilités. Une loi, en mai 1919, un décret, en juillet 1935, instaurent la charte des vins à appellations d’origine contrôlée. Ensuite, il fondera le Comité national des appellations d’origine, plus tard appelé Inao, puis Institut national de l’origine et de la qualité. Les premières AOC faisaient leur apparition, Monbazillac en tête, premier des liquoreux à obtenir son appellation en mai 1936.
Basées sur la typicité d’un produit, en lien avec un terroir et des conditions de production, les AOC se dotent d’instances qui les défendraient et, le cas échéant, dénonceraient les contrefaçons. L’actuel organisme de défense et de gestion est né de cette exigence. Tout professionnel viticole se revendiquant de l’AOC devient l’héritier de ceux qui ont favorisé l’émergence des 470 AOC viticoles françaises, 13 en Bergeracois. L’AOC Monbazillac, qui s’étend sur
cinq communes, a été parmi les premières d’une longue série. Fin et début d’une longue aventure.

* Monbazillac ou la révélation d’un secret en Périgord, Éditions Couleurs Périgords.


FESTIVITÉS

Dimanche 29 mai, les vignerons de Monbazillac fêtent les 80 ans de leur appellation. Dès le matin, départ de 5 marches des 5 villages de l’AOC : St-Laurent-des-Vignes, Pomport, Rouffignac-de-Sigoulès, Colombier, Monbazillac. À 15 h : rassemblement au Moulin de Malfourat et départ à 15 h 30 pour le bourg et le château de Monbazillac.
17 h : Vente aux enchères de crus de Monbazillac au pavillon du château. 18 h 30 : dégustation. 19 h : marché gourmand à Monbazillac, banda In vino veritas. 19 h 30 : dîner de gala au château et concert de jazz. 20 h 30 : diffusion d’un film sur le Périgord. 22 h 15 : Feu d’artifice + soirée dansante et DJ. Réservations pour le dîner : 05 53 24 71 77.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex