Auteur : Nadine Berbessou
Publié : vendredi 31 octobre 2014

St-Martial-de-Nabirat. Un nouvel atelier consacré à l’accordéon a ouvert en avril dernier dans le bourg de la commune.

Périgord Accordéon répare et fabrique

« Quand l’ancienne entreprise d’accordéons du Périgord noir dans laquelle nous travaillions a été liquidée, notre première idée a été de ne pas laisser les clients de l’ancienne marque en rade ». C’est ainsi que Bernard Truquet explique la création de la SARL Périgord Accordéon, à St-Martial-de-Nabirat. Lui-même est gérant de l’entreprise artisanale, et deux de ses collègues Éric et Patrick en sont salariés.
Tout le matériel de l’ancienne structure a été racheté lors de la liquidation. L’atelier a été restauré et aménagé par leurs soins dans des locaux que M. Truquet possède à St-Martial-de-Nabirat.
Tous les trois ont plus de trente ans d’expérience dans le domaine de l’accordéon et, tout naturellement, la plupart des clients de l’ancienne entreprise les ont suivis. Le bouche-à-oreille en a attiré de nouveaux. Surtout que l’atelier prend en charge les instruments de toutes les marques. Les trois hommes sont capables d’en assurer l’entretien, l’accordage et la révision. Ces interventions peuvent aussi être réalisées sur des instruments chromatiques ou diatoniques.
La demande est importante, car la pratique de l’accordéon est toujours aussi vivante. Il est utilisé aussi bien dans le pur musette que le classique, le rock, le jazz… L’accordeur de l’atelier est compétent sur tous les sons propres à chaque style musical.

Fabrication sur-mesure

Depuis le mois de juin, Périgord Accordéon fabrique des accordéons sous la marque Cadence. Sur la base de ceux  qu’ils avaient l’habitude de réaliser, les trois hommes ont apporté des améliorations. « Nous avons travaillé sur les claviers. Les touches sont maintenant moins bruyantes, leur claquement est beaucoup plus assourdi. Un résultat intéressant, précise Patrick, car un micro prend tous les sons, même ceux produits par les touches. Le clavier est aussi plus performant, il est plus souple, moins fatiguant à jouer ».
Autre point important : le poids dont se plaignent beaucoup de musiciens. La caisse des instruments de l’atelier de St-Martial-de-Nabirat est beaucoup plus légère. « Nos accordéons sont de type traditionnel, mais avec une caisse moins lourde, sans que cela n’ait un impact sur la qualité des sons. »
De plus en plus, c’est le sur-mesure qui est visé avec des instruments personnalisés à la demande du client. « Nous faisons de l’accordéon type, mais nous essayons de travailler le plus possible à la demande. C’est un peu un défi qui exige de comprendre parfaitement les attentes du client. Et ce n’est pas monotone. Nous pouvons aussi équiper les instruments d’électronique », argumentent les trois hommes.
Toutes les créations de Périgord Accordéon sont reconnaissables au cheval qui orne leur grille. Suivant le modèle, il faut compter de 2 500 à 10 000 euros.
C’est en Italie, pays de tradition pour l’accordéon, que l’atelier achète ses accessoires. Par exemple, l’unique fournisseur de boutons, de courroies, de sommiers et de musiques se trouve là-bas. Patrick Truquet lui a d’ailleurs rendu visite en début de mois.
Périgord Accordéon fait partie du cercle très fermé des fabricants d’instruments en France. Ils ne sont que trois, l’atelier de St-Martial-de-Nabirat compris. Leur savoir-faire rare, leur expérience et la qualité de leur travail permettent au gérant et à ses salariés de miser sur une clientèle européenne, voire internationale.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex