Auteur : Nelly Fray
Publié : vendredi 24 juin 2016

Céréales. Agrobio Périgord et la coopérative Corab ont organisé le 9 juin une journée pour découvrir les graminées et protéagineux les plus intéressants sur un plan agronomique et les mieux valorisés en bio, ainsi que leurs itinéraires culturaux.

Rallye à la découverte des cultures bio

Sortir des sentiers battus. C’est ce que propose la coopérative régionale d’agriculture biologique, Corab, basée à Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Maritime, qui collecte des céréales auprès de 150 adhérents, dont 25 Périgourdins.
Des céréales rustiques, étouffant les adventices, comme le seigle, ou plus délicate à réussir comme l’avoine nue qui peut souffrir des écarts de températures tels que nous les avons connus début 2016. Le soja, le pois de printemps, la lentille verte, l’épeautre, cultivés seuls ou en association... sont quelques-unes de ces plantes recherchées par la coopérative qui les destine essentiellement à l’alimentation humaine. Ce sont ces céréales et protéagineux que le rallye des cultures organisé par Agrobio Périgord, en partenariat avec Corab, a présenté le 9 juin à St-Privat-des-Prés, Champagnac-de-Belair et St-Martin-le-Pin.
Soja : mieux qu’un maïs
C’est d’abord dans le champ de soja de Marc Defaye, à St-Privat-des-Prés, que le rallye a fait halte. Un soja de variété tardive (Steara) qui a donné quelques sueurs froides à l’agriculteur. « Semé à la mi-mai, il a végété pendant un mois à cause du manque de chaleur. Les chardons ont pris le dessus », a dit Marc Defaye. Finalement avec la hausse des températures, le soja commence à bien couvrir le rang. Un second binage va être nécessaire pour venir à bout des mauvaises herbes. Mais, d’après le technicien de la Corab, le soja peut atteindre un bon rendement, autour de 25 quintaux/ha. « À ce niveau de rendement, on peut dire que le soja équivaut à un maïs. Sa semence coûte moins cher et on peut utiliser de la semence fermière. Il faut l’inoculer, ça coûte 30 e/ha. Avec un bon engrais vert comme précédent, il n’a pas besoin d’engrais. Les deux plantes ont les mêmes besoins en eau et, au final, on arrive aux mêmes marges. »

Seigle et avoine nue

Poursuite du rallye dans le seigle de Pierre Signac, toujours à St-Privat. Une céréale qu’il a semée début octobre, après un sarrasin, une culture “ratée” qu’il a préféré broyer pour apporter de la matière organique à ses sols. Ensuite, passage du cover-crop et labour. Aucun désherbage n’a été nécessaire, le seigle pousse vite et en hauteur, étouffant les adventices. En revanche, il a apporté une tonne de fiente de volailles sous forme de bouchons. Question valorisation, le seigle a un rendement bien inférieur au blé, mais ses cours sont bien plus élevés. Avec un prix minimum de 320 e la tonne, un seigle ayant un rendement d’environ 20 quintaux/ha tire bien son épingle du jeu. « Des prix garantis, a dit le technicien de la Corab, car le seigle est recherché pour l’alimentation humaine ».
Même chose pour l’avoine nue qui sert à faire des flocons d’avoine pour le petit déjeuner. C’est la première des cultures collectées par la Corab. C’est une plante intéressante payée à la récolte autour de 500 euros la tonne en bio. Mais ses rendements sont variables. Selon les années et les terrains, ils peuvent aller de 10 à 40 quintaux par hectare. Une variante existe, qui va être développée par Corab ces prochaines années, l’avoine de printemps qui se sème à partir de la mi-janvier. Là encore, sa valorisation est bonne, mais ses rendements sont très dépendants de la météo, pendant toute la durée de son cycle. À craindre : les mauvaises conditions de semis en janvier et la sécheresse en fin de cycle.


Leader du grain comestible

2206 cooperativeLa SCA Corab a été créée en 1998 par 18 producteurs bio, à la suite de l’ouverture d’un silo à St-Jean-de-Liversay, en Charente-Maritime, pour y stocker 2 600 tonnes de céréales. Elle se présente aujourd’hui comme le spécialiste français des grains bio pour l’alimentation humaine.
Dès 2002, elle collecte sur toute la région Poitou-Charentes, notamment grâce à l’ouverture d’un second site de stockage à Poitiers, pour 3 800 tonnes de céréales.
En 2004, elle décide de se consacrer en priorité à la production de grains destinés à l’alimentation humaine. Elle commence à travailler avec Biocoop dans le cadre d’une démarche de filière bio équitable et solidaire. En 2007, elle installe une chaîne de triage alimentaire à Poitiers, d’une capacité de 1 500 t/an.
En 2010, elle crée la Sica “Silo bio ouest” avec des partenaires clés de la filière bio régionale et française et construit un silo central à St-Jean-d’Angély d’une capacité de 5 000 t.

Des partenariats structurants

En dix ans, la Corab est passée de 18 à 130 adhérents pour 7 000 t de grains collectés. En 2014, elle co-fonde l’Union des coopératives bio françaises avec trois autres coopératives régionales pour une collecte globale de 45 000 t. Et son développement se poursuit puisque la Corab a repris l’an dernier une participation majoritaire dans Alisa, société innovatrice 100 % bio dans la transformation et distribution de produits bio sans gluten.
Aujourd’hui, la coopérative collecte sur six départements dont la Dordogne où elle envisage d’installer un point de collecte.


Lentilles/pois verts

2206 decouverteDans l’assolement des céréales bio, les agriculteurs de St-Privat introduisent des protéagineux, notamment pour les reliquats d’azote permettant de faire l’impasse pour la prochaine culture. Ainsi, Marc Defaye cultive du pois de printemps (vert) qui sera consommé sous forme de pois cassés. Une production exigeante qui doit être récoltée à maturité sous peine d’être déclassée en pois fourragers.
La lentille verte est une autre de ces cultures intéressante à condition de maîtriser certains paramètres. Ainsi, il faut veiller à une bonne préparation du sol pour éviter le salissement, tout en assurant aux lentilles une plante-tuteur. Chez Pierre Signac, la cameline (oléagineux) implantée à cette fin n’a pas levé, c’est la ravenelle qui fait office de tuteur.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex