Auteur : Lionel Robin
Publié : vendredi 31 juillet 2015

Élevage. Dimanche 2 août se déroule le championnat de France de chiens de troupeau sur bovins à St-Saud-Lacoussière. Philippe Lhaumond a déjà remporté ce titre en 2013 et il y participera à nouveau, tout comme son fils.

Révéler les qualités du chien

« En 2013, quand je suis allé au piquet, je m’inquiétais parce que le lot de vaches était loin et on ne les voyait vraiment pas bien. Je me suis arrêté, le chien a stoppé à mes pieds. Il a balancé sa tête, à droite à gauche, puis il a fixé un point : les vaches. Il m’a regardé, attendant que je l’envoie et, dans son regard, il me disait que c’était bon, il les avait bien vues. C’est Éclair qui m’a mis en confiance. » Philippe Lhaumond raconte cet instant décisif, la voix encore chargée de l’émotion ressentie ce jour-là qui l’a vu remporter le titre de champion de France de chien de troupeau sur bovins, en Normandie. Un titre partagé avec son border collie, Éclair.
Philippe Lhaumond est en Earl avec son fils Jean-Christophe, au lieu-dit La Fargeonerie, à Saint-Geniès. Tous les deux élèvent quelque 200 bovins limousins dont 120 vaches allaitantes sur une SAU d’environ 150 hectares. « Tout est en herbe pour le pâturage des animaux et notre principale difficulté est d’avoir un parcellaire morcelé, parfois distant de 10 à 12 km », précise Philippe Lhaumond.
Philippe et Jean-Christophe Lhaumond sont donc d’abord et avant toute chose des éleveurs : « Le chien de troupeau est un outil et un auxiliaire de travail essentiel sur note exploitation, » précisent-ils en chœur. « Un chien, grosso modo, ça remplace quatre personnes, explique Philippe Lhaumond. Il permet de faciliter le déplacement des bêtes, de gérer le troupeau et, surtout, il est un élément de sécurité de l’éleveur. » D’ailleurs, la MSA ne s’y trompe pas puisqu’elle finance régulièrement des stages pour apprendre à utiliser un chien de troupeau sur une ferme.

Troisième finale ensemble

Néanmoins, quand le chien présente d’excellentes qualités sur un troupeau, l’envie est grande de se confronter aux autres et c’est tout l’intérêt d’un championnat de France des chiens de troupeau sur bovins tels que celui qui aura lieu dimanche 2 août à Saint-Saud-Lacoussière. Philippe et Jean-Christophe Lhaumond y participeront, le premier avec Éclair, le second avec Elfe. C’est la troisième fois que le père et le fils sont qualifiés ensemble pour la finale. Avec Jean-Marie Langlade, de Payzac, ils seront donc trois Périgourdins sur 21 concurrents à participer à cette finale.
« Gagner ce jour-là, c’est aussi une part de chance », reconnaît volontiers Philippe Lhaumond. Mais ça n’empêche pas de bien s’y préparer. Le père et le fils, accompagnés de leurs chiens, s’entraînent donc régulièrement. « Au départ, travailler avec le chien est primordial pour l’activité de la ferme. Après, on se prend au jeu de la compétition. Même si, il n’y a rien d’autre qu’un titre de prestige à gagner. Du coup, ces épreuves sont surtout des prétextes pour rencontrer d’autres éleveurs, voir d’autres chiens, » précise le père, tandis que son fils renchérit : « C’est l’occasion d’échanger sur nos pratiques, de se conseiller les uns les autres, dans une ambiance très conviviale, voire très festive. »


2160 eclairPORTRAIT

Éclair, chien de troupeau spécialisé sur bovins
Éclair est un border collie de six ans et est le chien de troupeau de Philippe Lhaumond. C’est avec son maître qu’il a décroché le titre de champion de France de chien de troupeau sur bovins en 2013.


Vue sur tout le parcours

2160 programme

Les championnats de France de chiens de troupeau sur bovins se déroulent dimanche à Saint-Saud-Lacoussière, de 8 h à 20 h, avec remise des prix à 18 h.
Outre la compétition, il y aura de nombreuses animations, des démonstrations de travail avec chien, des présentations d’animaux, des jeux pour les enfants ou encore des dégustations de produits du terroir. Il sera d’ailleurs possible de manger sur place.
Mais l’essentiel de cette journée est bien sûr la finale proprement dite. La parcelle sur laquelle se déroulera le parcours est configurée pour que le public puisse la voir dans son ensemble.
« Les chiens sont à l’ordre et doivent obéir au premier coup, chaque fois qu’on doit rajouter un mot ou un coup de sifflet, on perd un point », explique Jean-Christophe Lhaumond, l’un des 21 participants de cette finale. De fait, l’épreuve reprend les manœuvres principales qu’un chien doit accomplir au quotidien dans un élevage. Ainsi, l’éleveur est au départ, au piquet, il envoie le chien qui doit lui ramener un lot de 5 génisses. Puis il devra les faire passer entre deux barrières avant de les amener dans un parc de contention. Le moment le plus critique est la conduite repoussée. Le chien est entre l’éleveur et les vaches et doit les repousser. « C’est le plus complexe pour le chien parce que ce n’est pas naturel pour lui qui, d’instinct, ramène les animaux à son maître », confie Philippe Lhaumond.
Ensuite, le chien conduit son petit troupeau à un carrefour constitué de barrières d’un seul côté avant de l’amener à la bétaillère.
Quoiqu’il arrive, le spectacle est garanti.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex