Publié : vendredi 12 septembre 2014
Yannick Frances, président de la FDSEA

C’est un nouveau procès de l’agriculture que la ministre de l’Écologie nous intente en annonçant vouloir étendre la carte des zones vulnérables à plus de 70 % de la SAU française. Contrairement à d’autres pays européens, le seuil de classement a été révisé à la baisse de façon arbitraire et artificielle. En Dordogne, 99 communes seraient intégrées à ce zonage contre 17 auparavant, sans aucune concertation ! Multiplication des contrôles, empilement de mesures incompréhensibles et inapplicables : voilà le quotidien des agriculteurs. La directive “nitrates” actuelle a perdu la tête ! Nous ne pouvons plus comprendre le sens de cette directive. Or, l’agriculture a fait des efforts considérables, engloutissant des sommes astronomiques dans les mises aux normes. Nous alertons les pouvoirs publics sur les conséquences désastreuses de ce dispositif. Nous exigeons que les discussions soient rouvertes afin d’adapter les mesures à chaque territoire et pour tenir compte des propositions de la profession. De plus, nous nous opposons à toute extension, aussi minime soit-elle, au regard des conséquences économiques dramatiques qui en résulteraient pour l’agriculture périgourdine. Toute l’énergie syndicale sera mobilisée pour stopper les exigences inutiles et non fondées. Il faut remettre à plat la directive européenne sur les nitrates, c’est urgent !


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex