Auteur : Nelly Fray
Publié : vendredi 17 avril 2015

Bassillac. La compagnie Twin Jet a présenté à la presse départementale l’avion qui assure un aller-retour quotidien à Paris et qui répond surtout à une clientèle d’hommes d’affaires.

L’aéroport du Grand Périgueux en quête de notoriété

Les Périgourdins ont un accès direct sur Paris... et ne le savent pas. Du moins, ils boudent cette destination qu’il est courant de dire réservée à une clientèle d’hommes d’affaires et d’élus qui en ont fait leur moyen de transport préféré. Le voyage entre Bassillac et l’aéroport d’Orly ne prend pas plus d’une heure dix, excepté les jours où la météo contrarie les horaires. « Mais c’est exceptionnel », assure un des pilotes de Twin Jet.
Les tarifs prohibitifs (à partir de 236 e l’aller-retour) expliquent sans doute la désaffection du voyageur lambda pour cette ligne aussi sûre que rapide. La compagnie Twin Jet, qui l’assure au quotidien du lundi au vendredi, a une toute autre interprétation. « Si vous comptez tout, les transports et le stationnement, plus le prix du billet de train, vous n’êtes pas loin de dépenser la même chose qu’en prenant l’avion. En revanche, l’avion est rapide et fiable », explique Vincent Courtois, responsable commercial de Twin Jet, aux journalistes et communicants de Dordogne. Le Club de la presse avait en effet souhaité une rencontre pour que la compagnie puisse se présenter, ainsi que ses infrastructures.
Si la ligne sur Paris est exploitée depuis plusieurs années par Twin Jet, la gestion de l’aéroport est assurée par la communauté d’agglomération du Grand Périgueux depuis janvier. Autre nouveauté, plus de saut de puce comme auparavant entre Bergerac et Périgueux. Désormais, les départs/arrivées se font à l’aéroport du Grand Périgueux et une liaison taxi est assurée depuis/vers Bergerac.

8 000 passagers par an

Il n’empêche qu’avec 8 000 passagers par an, Twin Jet, compagnie spécialisée dans les avions de petite taille (celui qui assure la liaison Bassillac-Paris a une capacité de 19 passagers) pourrait faire plus et mieux. Avec sa flotte de dix avions, elle dessert treize villes, dont Toulouse, Marseille, Bordeaux, Limoges... Cette compagnie privée, qui revendique un chiffre d’affaires de 24 millions d’e généré à 90 % par les vols réguliers, emploie 83 personnes, dont 40 pilotes. Elle envisage de développer sa flotte et s’est diversifiée dans les évacuations sanitaires en obtenant l’agrément transport sanitaire de la Direction départementale des affaires sociale et sanitaire des Bouches-du-Rhône.
Mais Twin Jet se fait fort aussi de pouvoir répondre à des demandes ponctuelles de transport de groupe. Avec “l’aviation taxi”, elle peut mettre en place une logistique dans l’heure pour le transport d’une équipe sportive par exemple.
Pour l’instant, la compagnie souhaite investir plus les sites qu’elle occupe, à commencer par l’aéroport du Grand Périgueux pour lequel sa délégation de service public vient d’être reconduite. La ligne Périgueux-Paris, qui a le soutien des collectivités, pourrait être mieux investie par les Périgourdins. Twin Jet souhaite attirer plus de voyageurs en proposant des tarifs plus attractifs le week-end ou lorsqu’il y a un événement à Paris qui peut justifier de nombreux départs : des salons internationaux par exemple.
Enfin, autres points qui laissent à désirer, il n’y a pas de restauration sur place à l’aérogare (mais un service de petite restauration est assuré à bord) et aucun bus ne dessert le site. Autant de choses qui pourraient être développées si tant est que la fréquentation suive. Ce ne sont pas les entreprises périgourdines qui s’en plaindront, sachant qu’elles ont une vitrine où sont exposés quelques-uns des produits emblématiques de notre département. Là encore, la vitrine est modeste et ne demande qu’à être modernisée.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex