Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 28 avril 2017

BTP. La Fédération française du bâtiment, qui vient d’élire un nouveau président en la personne de Christophe Riou, souhaite accompagner les artisans dans une reprise qui se profile au niveau national mais reste encore timide à l’échelle locale.

« On ne laisse personne sur le carreau »

À peine arrivés et déjà en action. La nouvelle équipe du conseil d’administration de la Fédération française du bâtiment (FFB) Dordogne, à la tête de laquelle vient d’être élu Christophe Riou, ne manque pas de perspectives de travail pour les trois prochaines années. Son président a en effet réaffirmé sa volonté d’« insister sur le volet humain » pour ne pas se préoccuper uniquement de l’aspect économique des conséquences de la crise.
« Aujourd’hui la plupart des trésoreries sont exsangues. Depuis dix ans, le secteur du bâtiment a perdu environ 3 000 salariés, mais ce n’est pas le seul effet de cette crise. Il y a eu une destruction de l’aspect humain. Et si nous pouvons détecter en amont des situations de détresse pour redresser la barre avant qu’il ne soit trop tard, c’est notre rôle », a plaidé Christophe Riou lors d’une récente conférence de presse où il faisait état des grandes lignes qu’il veut suivre lors de sa mandature. « Nous ne voulons laisser personne sur le carreau. » C’est pourquoi, depuis quatre ans, la FFB est dotée d’une cellule d’aides aux entrepreneurs en difficulté, constitué « d’experts chevronnés, encore en activité ou en récente retraite pour donner une vision différente de l’entrepreneuriat et trouver des solutions ». Une vingtaine d’entreprises en ont pour l’instant bénéficié.

Positive attitude

Autre action de la FFB Dordogne : un échange sinon un lobbying important auprès des maîtres d’œuvre, qu’ils soient publics ou privés. Les architectes sont notamment concernés, mais aussi les élus, dépositaires de bien des espoirs des artisans du bâtiment pour aider à la redistribution de la commande publique. « Nous sommes nettement pénalisés par une baisse des dotations. C’est un peu la panne sèche et nous nous employons à relancer ça auprès des élus », affirme Christophe Riou, qui se veut cependant « résolument optimiste ».
Car la situation, en tout cas au niveau national, semble en très légère amélioration : + 15 % de mises en chantier sur les 12 derniers mois, en France. Le chiffre est à prendre avec des pincettes, d’autant qu’en Dordogne, la hausse est plus discrète : + 5,9 %. « Ces chiffres sont positifs mais partent de très bas et sont loin de rattraper les pertes passées », commente Christian Monty, secrétaire général de la FFB Dordogne.
Cet élan volontariste caractérise la nouvelle mandature qui veut également accompagner les artisans pour apprendre à communiquer autour de leur savoir-faire et leurs services, proposer une offre globale, et prendre le train du numérique avec les réponses et devis dématérialisés et les maquettes bientôt numériques. Bref, beaucoup de choses à faire pour le nouveau bureau. Auront-ils assez de trois ans ?



EN CHIFFRES

  • 500 emplois salariés du secteur du bâtiment ont disparu en 2016 sur les 3 000 perdus depuis 2008.
  • 5,9 %, c'est la progression du taux de mises en chantier, en Dordogne, cette année.

Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex