Auteur : Nadine Berbessou
Publié : vendredi 19 décembre 2014

 Élus locaux. L’Union des maires de la Dordogne a tenu son congrès lundi dernier à Boulazac. La réduction des crédits alloués par l’État a été au cœur des débats et des interventions.

La baisse des dotations inquiète les maires

Le congrès de l’Union des maires de la Dordogne qui a eu lieu lundi dernier à Boulazac était une première pour beaucoup. Pour le préfet Christophe Bay, nommé le 1er décembre dernier, pour Bernard Vauriac, président de l’union depuis quelques semaines, et pour 190 maires, qui ont accédé à la charge de premier magistrat de leur commune lors des élections municipales de mars dernier.
La baisse des dotations de l’État, dont les premiers effets vont se faire sentir dès l’an prochain, a été au cœur de toutes les interventions. Jacques Auzou, en tant que maire de Boulazac et donc hôte du congrès, a souhaité que les conséquences des coupes budgétaires ne se traduisent pas par une incompréhension entre les élus et le monde de l’entreprise. Un sentiment déjà perceptible quand les maires reçoivent des responsables d’entreprises en but à des diffi-
cultés financières, résultant en partie de la diminution des travaux lancés par les collectivités locales. De son côté, le nouveau président de l’Union des maires, Bernard Vauriac, tout en se félicitant d’avoir été élu sur une liste reflétant les différents courants de pensée du territoire, a demandé aux anciens maires de bien vouloir accompagner les nouveaux édiles par leur conseil et leur expérience.

Des années difficiles

Quant à la réduction des dotations de l’État, il a reconnu que la marge de manœuvre des communes et des communautés de communes en serait forcément limitée. « Nous ne rejetons pas l’idée de participer à l’effort commun, mais on nous demande de le faire à hauteur de 22 % alors que l’endettement des communes ne représente que 9 %. Les années à venir vont être très difficiles, sachant que nous allons devoir faire face au Grenelle de l’environnement, à l’accessibilité, aux rythmes scolaires… Tous ces efforts auront des conséquences sur les services rendus à la population et sur l’économie ».
Le nouveau schéma de coopération intercommunale, dont l’élaboration va être mise en œuvre dès l’an prochain, pose aussi question aux élus, notamment avec un seuil qui pourrait être fixé à 20 000 habitants. Inconcevable pour eux dans un département comme la Dordogne, avec une faible démographie, si l’on veut conserver un minimum de proximité. Les parlementaires présents, sénateurs et députés, ont été invités à relayer cette inquiétude et à déposer des amendements pour que ce seuil soit abaissé et modulable.
Si le congrès de lundi dernier constituait une première pour beaucoup d’élus, pour Bernard Cazeau, il s’agissait d’une dernière en tant que président du Conseil général puisqu’il ne briguera pas un autre mandat en mars prochain.
Pour lui la baisse des dotations de l’État est inéluctable et, ce, pour de nombreuses années, mais il a tenu à souligner que, dans le budget 2015 du Département, il n’y a pas de diminution des aides allouées aux communes via les contrats d’objectifs.



EN CHIFFRES

  • 190 maires ont été élus pour la première fois en mars dernier, ce qui représente un renouvellement de 34 %

Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex