Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 25 juillet 2014

Quand l’agriculture mêle fête et compétition
dossier grande

Terre en fête investit le canton de Saint-Astier pour sa 33e édition, qui accueille la finale régionale du concours de labour. Les meilleurs laboureurs de Gironde, des Landes et de Dordogne s’affrontent sur fond d’animations ludiques, toutes dédiées à l’agriculture.


Un grand rendez-vous

Cette année, ils se sont installés au bord de l’Isle, sur 32 hectares prêtés par le GAEC Debregeas, au lieu-dit Crognac. Le site est bien plus grand que l’an dernier, sur Hautefort, mais il fallait au moins ça pour accueillir la finale régionale du concours de labour. « Disposer d’un espace aussi grand nous a permis d’organiser le concours départemental qui a lieu le samedi, le concours régional qui a lieu le dimanche et les essais de chacun au même endroit. Ça évite de mettre les tracteurs sur les routes. On gagne
en sécurité », constate Jean-Marc Constant, président du comité d’organisation de Terre en fête.

Animations et informations

Car si Terre en fête est une manifestation festive autour du monde agricole, c’est aussi un grand rendez-vous pour tous les compétiteurs de labour. Huit ans après la dernière finale régionale, la Dordogne accueille de nouveau des participants de Gironde et des Landes, qui viendront se frotter aux locaux du Périgord. Les vainqueurs du concours régional à plat et à planche iront disputer les finales nationales, qui auront lieu en Gironde, en septembre prochain.
En parallèle du concours, parce que Terre en fête est aussi la vitrine de l’agriculture auprès du grand public, de nombreuses animations sont prévues sur le site, tout au long du dimanche. La centaine de bénévoles mobilisés pour l’occasion a veillé à ce que le site soit une succession de divers pôles d’activités. « Toutes les races d’animaux seront présentes sauf les vaches. Nous ne sommes pas un salon professionnel, ni un concours d’animaux. Le but est de présenter l’agriculture dans sa globalité et les animaux en font partie », remarque Pierre Leonard, président des Jeunes Agriculteurs, le syndicat organisateur.
Concours de vachettes, démonstration de battage à l’ancienne et actuel, atelier de pansage de poneys, spectacle équestre, stands d’information, tout est prévu pour que l’agriculture se dévoile sous toutes ses facettes.


Dix chevaux dans un carrousl western

 animation« Dans les rendez-vous agricoles, on ne voit pas souvent le monde équestre car ce n’est pas considéré comme une activité agricole, hormis le cheval de trait. En effet, on ne produit pas de l’alimentaire, on produit du loisir, mais nous faisons aussi partie de l’agriculture. » Pour Estelle Dubuisson, JA membre du comité d’organisation de Terre en fête et responsable des Écuries du Rosier, à Saint-Paul de Serre, c’était évident : il fallait mettre en avant cette partie du monde agricole.
Est alors née l’idée de proposer des animations un peu différentes pour cette grand-messe de l’agriculture qu’est Terre en fête. D’abord, grâce à un atelier pansage de poneys. « C’est une approche ludique pour sensibiliser les enfants aux équidés. Ils abordent l’animal par le pansage. Ça change de l’animal qu’on ne fait que caresser à travers la barrière. Là, ils pourront les toucher, les câliner », explique-t-elle.
Cinq ou six Shetlands seront donc sur place avec quelques bénévoles venus des Écuries du Rosier pour encadrer les petits groupes d’enfants qui voudront s’essayer au pansage.

Pitbull et Kesha

La seconde animation proposée par Estelle Dubuisson est un spectacle sur lequel elle travaille depuis trois mois avec dix de ses cavalières les plus chevronnées. « C’est un changement d’environnement. Les chevaux vont se retrouver avec du monde, du bruit. C’est comme une situation de concours. Il faut savoir gérer ce genre de contraintes. »
Les dix cavalières ont un niveau minimum de galop 5, ce qui signifie six ou sept ans d’expérience. Estelle Dubuisson avait à cœur de dévoiler un spectacle de qualité, tout en cassant certains a priori. « Nous avons choisi le thème western avec les tenues et les chapeaux pour coller au côté agricole. Je voulais rompre avec l’image des cavaliers un peu bourgeois qui sont sur leurs chevaux, en tenue classique et stricte, et faire quelque chose de sympa, qu’on vienne voir sans retenue, en famille. » Pour cela, elle et son équipe ont travaillé dur : sept réunions de trois heures chacune pour s’entraîner, choisir la musique, gérer le planning.
Sur une musique actuelle et dynamique (“Timber” de Pitbull et Kesha), Estelle Dubuisson a donc expérimenté un carrousel moderne et rythmé où elle mêle pas, trot et galop. Le spectacle est prévu pour durer 12 à 13 minutes. « On ne voulait pas monopoliser les gens. Il y a plusieurs autres animations dans la journée. Donc on propose le spectacle trois fois : une le matin et deux (voire trois) fois l’après-midi. » Pour que le grand public voit enfin l’équitation comme une partie intégrante de l’agriculture moderne, au-delà des chevaux de trait.

 


Le programme

  • À partir de 9 h 30 jusqu’à 18 h 30 : village des organismes agricoles et partenaires ; animations enfant avec jeux gonflables, pansage de poneys, concours de dessins, vache à traire, coloriage, goûter ; dégustation de produits Saveurs du Périgord, exposition de matériels agricoles anciens et démonstrations par la FD Cuma - Cuma périgourdine ; animaux de la ferme (poules, chèvres, moutons, cochons), atelier découverte de l’apiculture ; démonstration et prévention Groupama ; battage à l’ancienne ; promenade en calèche ; spectacle équestre ; chien de troupeau ; spectacle de vaches landaises ; buvette et restauration rapide.
  • À 10 h : tirage au sort des parcelles du concours régional de labour.
  • À 11 h : départ de la visite officielle du site.
  • À 12 h : signature de la charte départementale Installation avec CER + DFP Neutralience ; vin d’honneur.
  • À 12 h 30 : repas champêtre cuisiné et servi par les Jeunes Agriculteurs à base de produits locaux. Au menu : melon et jambon noir du Périgord, saucisse et tendron de veau, légumes, salade, fromage, tarte aux fraises, café et vin compris. (Adulte : 16 € ; enfant de -12 ans : 10 €. Pas de réservation possible, vente de ticket repas sur place, le matin).
  • À 14 h : départ de la 61e finale régionale de labour.
  • À 18 h : remise des prix de la 33e finale départementale de labour (qui aura eu lieu la veille, samedi, à partir de 14 h 30), et remise des prix de la 61e finale régionale.

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex