Auteur : Lionel Robin
Publié : vendredi 18 octobre 2019

Univia. Des négociations au printemps, un audit en mai, un montage juridique validé par les conseils d’administration... Tout était en place pour l’union de coopératives entre Univia et la Scar. Et la Scar a dit non.

 

Divorce à la périgourdine

 

Les années se suivent et se ressemblent pour Univia, la coopérative d’éleveurs de Dordogne. Avec, à chaque fois, une tentative de partenariat qui échoue au tout dernier moment. L’an dernier, c’était avec Terres du sud ; cette année, avec la Scar, coopérative du Ribéracois. La première rupture avait abouti à un changement de présidence d’Univia, Christophe Gendreau succédant à Jean-Louis Chapeyroux.

Le nouveau président, élu en novembre, s’était attelé immédiatement à trouver un nouveau partenaire local. En l’occurrence, la Scar. Pendant des mois, les directions des deux coopératives ont travaillé pour élaborer une union de coopératives. Cette « mise en commun de moyens », comme le définissait Christophe Gendreau, le président d’Univia, devait démarrer le 2 janvier. Les choses étaient si avancées que lors de Péri’Meuh, fin septembre, les deux structures tenaient stand commun.

Que s’est-il passé entre Péri’Meuh et le 9 octobre, jour d’une dernière réunion où le président de la Scar, Jean-Jacques Gendreau, et son directeur,
Philippe Roussillon, ont annoncé que l’union était suspendue jusqu’à nouvel ordre ?

Du côté d’Univia, on avoue son incompréhension. « Pour moi, c’est un vrai coup de massue », se désole Christophe Gendreau quand le directeur, Pascal Duvaleix, rappelle que « tout était sur la table ».

« C’est une décision personnelle que j’ai prise en tant que président de la Scar », reconnaît Jean-Jacques Gendreau. Il explique qu’il s’était engagé en conseil d’administration à ne pas mettre en danger la Scar. Or, pour lui, les liens entre Arcadie Sud-Ouest, propriétaire de plusieurs abattoirs dont Thiviers, et Univia, dont elle est un des actionnaires, constituent « un risque certain ». « Pour la coopération de Dordogne, je souhaite qu’Univia perdure », souligne Jean-Jacques Gendreau.

Les deux responsables d’Univia le martèlent : « Nous sommes sûrs de pouvoir servir et payer nos éleveurs ». La coopérative va travailler à trouver des solutions d’ici la prochaine assemblée générale.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex