Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 11 octobre 2019

 

Eymet. Les collégiens et de jeunes musiciens du Trèfle gardonnais ont joué à l’Olympia avec Ibrahim Maalouf dans le cadre du dispositif Orchestre à l’école. Une expérience qu’ils ne sont pas près d’oublier.

Les musiciens en herbe à l’Olympia

« Quand on entre dans cette salle pleine, les frissons vous envahissent. C’est une situation hors du temps ! », raconte Christophe Rougier, le professeur de musique du collège d’Eymet. Les 45 jeunes musiciens de l’établissement et du Trèfle gardonnais ont vécu une journée un peu folle et remplie d’émotions à Paris, le 25 septembre dernier. Ils ont joué devant 3 000 personnes sur la scène mythique de l’Olympia ! Celle où se sont produits Jacques Brel, Édith Piaf, Les Beatles, les Rolling Stones ou encore Johnny Hallyday, pour ne citer qu’eux. 

Dans le cadre du dispositif Orchestre à l’école, ces jeunes de 14 à 19 ans ont accompagné Ibrahim Maalouf et son groupe sur un morceau. Lors de sa tournée entamée en septembre, le trompettiste accueille chaque soir un groupe de jeunes collégiens. Une idée originale à laquelle le collège
d’Eymet et Christophe Rougier ne sont pas étrangers. Car cette expérience inoubliable est le fruit de circonstances assez improbables. 

L’association Orchestre à l’école existe depuis une dizaine d’années. « Elle permet à des élèves d’écoles primaires ou de collège de pratiquer un instrument en groupe gratuitement », explique le professeur qui a intégré le dispositif en 2013. La moitié du coût des instruments est financé lors de la création d’un orchestre. Un partenariat doit être établi avec une école de musique associative ou publique. Eymet s’est rapproché du Trèfle gardonnais, présidé justement par Christophe Rougier. Les élèves de 5e, 4e, 3e disposent de 2 h par semaine, sur leur temps scolaire, consacrées à la musique en groupe, avec le prêt d’un instrument pour une durée de trois ans. « On compte 20 élèves par classe, soit 60 au total. On a une demande croissante. On ne peut pas prendre tout le monde », dit Christophe Rougier, content de cet enthousiasme. 

Une décision en cinq minutes

Chaque année, via des appels à projets, Orchestre à l’école permet à des jeunes collégiens de jouer dans des lieux magiques comme le Sénat ou le Château de Fontainebleau. En septembre 2018, Eymet répond à l’un d’entre eux. Cette rencontre devait être une séance d’improvisation géante avec Ibrahim Maalouf à la Scène musicale avec 3 000 collégiens de France. Ce moment a été annulé à la suite des démêlés judiciaires du trompettiste. « J’avais déjà versé 700 Ä d’acompte non-remboursable à la SNCF. Via la déléguée générale d’Orchestre à l’école, Ibrahim Maalouf apprend lors d’une soirée privée qu’on était deux collèges dans la même situation et décide quand même de nous rencontrer à Paris. » La rencontre se déroule le 20 janvier dans la salle de Billard de l’Olympia. Dans un contexte plus intimiste, Christophe Rougier, lui-même trompettiste, peut parler plus facilement à Ibrahim Maalouf, notamment d’un concert à Toulouse auquel le professeur avait assisté où l’artiste avait fait monter sur scène une vingtaine de jeunes pour jouer avec lui. « Cinq minutes après, il nous propose de venir sur scène à l’Olympia en septembre ! » Deux mois plus tard, l’annonce irréelle est confirmée. La pression monte au fil des mois. En juillet, le morceau qui doit être joué change. Les nouvelles partitions arrivent en août et les élèves se remettent au travail à la rentrée. 

Le 25 septembre au petit matin, la délégation part en bus d’Eymet, grâce au soutien du Conseil départemental. « On a pu visiter un peu Paris dans la journée. J’ai des jeunes qui n’y étaient jamais allés. Après le concert, le chauffeur a fait un tour par les Champs-
Élysées et la Tour Eiffel. »
L’après-midi, les élèves répètent avec Ibrahim Maalouf. L’artiste passe du temps avec eux dans les loges avant le grand soir. 


 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex