Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 2 août 2019

Eymet. L’association Familles rurales du canton d’Eymet diversifie son activité. En 2020, elle veut financer deux permis de conduire et deux Bafa à des jeunes de 18 à 26 ans.

 

 

Aider des jeunes en milieu rural

L’association Familles rurales du canton d’Eymet existe depuis 1948. Au tout début, elle proposait de transporter et prêter une machine à tricoter et une machine à laver dans les familles. Les temps ont bien changé. Aujourd’hui, l’association concentre son activité sur deux axes. D’abord, la récupération de vêtements, son tri et la gestion d’un vestiaire. Pour cela, l’association ouvre ses locaux dans l’ancienne école, à la sortie d’Eymet (boulevard national) prêtés par la municipalité, deux jours par semaine, le lundi après-midi et le mercredi matin. « L’activité s’est accélérée à partir des années 2000 avec l’ancien président, Monsieur Fouconneau », relate Daniel Toupance, l’actuel président.

Une convention est passée avec le Relais qui installe une borne, près du local, où l’on peut y déposer des vêtements. Le tri est effectué par les bénévoles. Ils sont une douzaine à s’activer chaque semaine. Les vêtements dans un état correct sont remis en vente à des prix modiques (1 à 3 e) ou loués comme des déguisements. « C’est ouvert à tout public, pas seulement aux nécessiteux. On a beaucoup de jeunes qui viennent. Les Anglais donnent beaucoup. Souvent, il s’agit de produits de marques propres. Parfois, on trouve encore l’étiquette avec le prix », explique Maryse Chambereaud, responsable du vestiaire. Environ sept tonnes de vêtements sont récoltées chaque année. Ceux qui ne sont pas gardés sont envoyés à l’association d’insertion la Tresse et son usine de tri basée aux Lèches. « On expédie entre 100 et 150 sacs par mois. On ne jette rien », selon Maryse Chambereaud. Une autre partie des affaires est destinée à l’association Grain de sable au Bugue, qui aide le village de Boraya au Sénégal. « Quatre familles vivent avec les vêtements qu’on leur envoie car ils les vendent sur le marché. Cela leur rapporte 25 e. C’est un très bon mois pour eux. » Des vieux pulls ou des couvertures en laine sont donnés à la SPA de Bergerac pour faire des couches pour les animaux. 

« On a un petit bas de laine »

Familles rurales s’investit également beaucoup dans l’animation auprès des enfants. Une convention passée avec Ciné Passion permet de proposer à ceux des centres de loisirs du canton, pendant les vacances scolaires, quatre séances de cinéma annuelles à l’espace culturel d’Eymet, gratuites jusqu’à 12 ans, avec un goûter offert. D’autres actions sont menées avec les écoles via la participation financière à des projets culturels ou des sorties.

Maintenant avec l’argent récolté par l’association, Daniel Toupance a dans la tête un nouveau projet à l’horizon 2020. « On sait qu’en campagne, il est difficile de faire quoi que ce soit sans voiture. On voudrait financer les permis de conduire de deux jeunes de 18 à 26 ans, entrant dans le cadre des missions locales. Cela peut leur permettre de trouver du travail. On a un petit bas de laine qui doit servir à quelque chose », dit-il. Le coût du permis est de 1 400 e. Il sera financé par une convention passée avec l’auto-école de Sigoulès. Des critères de sélection vont être établis en septembre avec la mission locale de Bergerac, qui a une antenne à Eymet. D’autres structures aident au financement des permis de conduire. Il s’agit de bien identifier les profils et les besoins. « La mission locale va définir les critères. On donnera notre avis », souligne Daniel Toupance.

Même chose pour les Bafa (Brevet d’aptitudes aux fonctions d’animateur), l’association Familles rurales veut en financer une partie pour deux jeunes. « Je souhaiterais qu’on pérennise l’aide au Bafa au moins sur 2 ou 3 ans. Ce brevet permet une ouverture sur la vie associative. C’est ce qui me plaît. » L’association ne sera pas la seule à financer le projet global dépassant les 3 000 €. La caisse locale du Crédit agricole Charente-Périgord, via la fondation Agir, devrait aussi apporter une participation.

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex