Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 21 juin 2019

 

Développement durable. La CCI Dordogne organise une conférence lundi 24 juin au Pôle interconsulaire sur la réduction du plastique dans les emballages agroalimentaires. La réglementation va devenir drastique.

Réduire le plastique

Le plastique n’est plus fantastique, a contrario de ce que pouvait clamer une chanson populaire des années 90. La CCI Dordogne et Agri Sud-Ouest innovation, en partenariat avec ARIA Nouvelle-Aquitaine, Association régionale des industries alimentaires, organisent une conférence sur la réduction des emballages agroalimentaires en direction des entreprises lundi 24 juin, à 16 h, dans l’amphithéâtre du Pôle interconsulaire, à Coulounieix-Chamiers. Corinne Moreau, chargée du développement des entreprises et du développement durable à la CCI Dordogne, explique le contexte de cet événement : « En février, une convention a été signée entre les grandes entreprises agroalimentaires et le ministère de la Transition énergétique. Elles s’engagent à atteindre au moins 60 % d’emballages agroalimentaires recyclés, réutilisés ou éco-conçus ». Aujourd’hui, l’agroalimentaire n’est pas le plus gros producteur de plastique (environ 30 %). En revanche, 60 % des plastiques issus de cette industrie polluent les océans et la nature. « Les entreprises nous sollicitent de plus en plus pour éco-concevoir leurs produits. Au niveau de la CCI, on a instauré un service développement durable régionalisé », dit-elle. À partir de 2020, les couverts, les assiettes ou les pailles en plastique doivent disparaître.

Recherche de solutions

En dépit de l’urgence (réglementaire et environnementale), le sujet intéresse, passionne ou inquiète les entrepreneurs mais le retour d’expérience d’entreprises sur les alternatives au plastique reste limité. « On a eu un peu de mal à boucler la partie des témoignages. On préfère parler de réduction du plastique. Dans l’agroalimentaire, le supprimer n’est pas forcément évident à cause des contraintes techniques et sanitaires. Il s’agit soit de le diminuer soit d’essayer de trouver une alternative », explique Corinne Moreau. 

Si l’accueil de la conférence est prévu à 16 h, le temps fort s’annonce à 17 h avec une table ronde réunissant plusieurs témoins comme Patrice Mappas, gérant de Sendo SAS, qui fabrique des boîtes isothermes pour conserver les aliments à bonne température. « Pour cela, on n’a pas encore trouvé mieux que du plastique. Ils interviennent pour dire qu’ils ont créé des boîtes consignées et réutilisables à l’infini », précise-t-elle. Thomas Breuzet, gérant des yaourts Péchalou à Saint-Cyprien, travaille à la réduction de leurs emballages. Ils réfléchissent au remplacement des pots en plastique par d’autres matières. « Ils sont en phase de recherche assez avancée », précise-t-elle. Géraldine Gauvin, responsable du service éco-conception, de Citeo, va représenter cet organisme qui collecte la taxe sur les emballages plastiques. Une partie de son activité consiste à travailler avec les entreprises agroalimentaires pour trouver des solutions d’éco-conception. Elle viendra parler des avancées techniques en la matière pour donner des pistes de réflexion aux entreprises. Yannick Frant, d’Ilo Créatif, agence de communication, de packaging et de design des entreprises, va présenter une démarche de réflexion pour mettre en place de nouveaux emballages éco-responsables. « On voulait avoir une note positive en disant aux entrepreneurs d’anticiper ces contraintes en réfléchissant à la manière d’évoluer », affirme Corinne Moreau. Auparavant, à 16 h 40, Jean-Christophe Boulard, directeur d’Atlanpack, cluster Graphic et Packaging visant à promouvoir les savoir-faire des professionnels et des entreprises de l’emballage ancrés sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, viendra faire un point sur la situation réglementaire. 

« Il va falloir accompagner les entrepreneurs dans ce changement. Il existe des solutions mais il faut les adapter. Le coût entre aussi en jeu », explique Corinne Moreau. Il ne faut pas oublier dans cette chaîne le consommateur. Il attend beaucoup d’efforts de la part des industries agroalimentaires en matière d’environnement. En même temps, des études montrent que le packaging joue un rôle majeur dans l’acte d’achat. Pas facile de trouver le bon équilibre car il existe parfois un décalage entre les discours et les actes. Pour beaucoup d’entre eux, le plastique reste encore fantastique.

• Inscriptions à la CCI Dordogne : 05 53 35 80 80

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex