Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 7 juin 2019

Emploi. Après des années de progression, l’activité des Services de remplacement a marqué un léger recul en 2018. Les motifs accident et maladie augmentent. Sébastien Reynier a été élu à la présidence de la structure.

Ce remplacement indispensable

« L’activité progresse tout doucement même s’il y a eu une petite inflexion en 2018 qui n’est pas significative », a indiqué Alain Queyral, trésorier des Services de remplacement, le 3 juin, lors de l’assemblée générale au Pôle interconsulaire. Entre 1990 et 2018, on est passé de moins de 8 000 journées de remplacement demandées par les agriculteurs du département à presque 15 000. En 2018, on observe une baisse d’1,9 % à 14 500 journées pour 48 équivalents temps plein (90 agents en CDD et 23 en CDI). Le nombre d’utilisateurs atteint 595 (- 2,14 %). Selon la répartition des motifs de remplacement, les congés se placent en tête avec 5 730 journées et continue de progresser. La maladie et l’accident arrivent derrière avec 4 164 journées (+ 10 %). Ils représentent les deux tiers. Viennent ensuite le mandat professionnel, la maternité/paternité, le mandat électif, la formation…

La progression de la maladie et de l’accident a suscité le débat. « On doit être à moitié-moitié entre ces deux motifs », a précisé Magali Villemur, de la Chambre d’agriculture, qui prend la relève de Sandrine Rossignol dans l’animation et la gestion de l’association. « En sachant qu’on a aussi des accidents de la vie courante », a ajouté cette dernière. En 3 ans, ces motifs de remplacement ont été multipliés par deux. Est-ce la réalité d’une évolution ou une plus importante utilisation du dispositif par les agriculteurs ? Difficile à évaluer avec précision mais Sandrine Rossignol a indiqué que la population agricole était vieillissante et forcément plus sujette aux problèmes de santé. 

Alain Queyral a insisté sur l’avantage d’être hébergé par la Chambre d’agriculture. Ce qui permet de réduire le coût de fonctionnement de la structure. « Ce n’est pas le cas de tous les services de remplacement au niveau national. » 

Des aides reconduites

L’aide financière au remplacement est un élément important pour permettre aux agriculteurs d’y avoir recours davantage. Pour la MSA, concernant la maladie et l’accident, elle s’élève désormais à 6 € de l’heure, contre 8 € avant, dans un plafond de 120 heures dans l’année civile. « Cela dépend de leur budget. La consommation augmente et leur enveloppe se trouve contrainte. Le geste reste positif par rapport à d’autres régions qui n’ont rien », a dit Alain Queyral. La MSA Dordogne Lot-et-Garonne aide aussi le remplacement pour maternité et paternité. Elle a reconduit Le dispositif pour épuisement professionnel (84,5 jours en 2018) avec de nouvelles modalités. Il atteint 100 % de prise en charge dans la limite de 40 heures par an et doit être validé par un travailleur social de la MSA. 

Pour ces mêmes motifs auquel on ajoute l’accompagnement à la professionnalisation des services, le Conseil départemental participe à hauteur de 17,50 € par jour dans le cadre du Plan départemental pour le remplacement (75 000 €  au total), le Casdar pour 70 € par jour (enveloppe de 54 000 €). Des intervenants dans la salle ont souligné que de nombreux agriculteurs ne connaissaient pas ces dispositifs d’aides. « En cumulant les trois aides, on arrive à 80 ou 90 % de prise en charge pour les motifs accident et maladie », affirme Sandrine
Rossignol. Il existe également un crédit d’impôt remplacement pour congé reconduit jusqu’en 2022. 

 

L’an dernier, suite au départ de Sandrine Gaillard,  la présidence des Services de remplacement avait été assurée provisoirement par un duo composé de Joël Fréret et Alain Arlie. À l’issue de l’assemblée générale ordinaire, le conseil d’administration a élu à l’unanimité, pour 3 ans, un nouveau président, en l’occurrence Sébastien Reynier. Il est aussi secrétaire de l’Anefa Dordogne, président de la Fédération départementale des groupements d’employeurs et élu à la Chambre d’agriculture. 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex