Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 7 juin 2019

Verteillac. Le propriétaire du domaine de la Meyfrenie et le maraîcher bio qui exploite une partie de ses terres veulent créer une boutique de producteurs locaux dans les anciennes écuries.

La Meyfrenie revient à ses origines agricoles

Le domaine de la Meyfrenie a une longue histoire derrière lui. Celle-ci a longtemps été agricole. Ses origines remontent au XIVe siècle. Au XIXe siècle, la polyculture élevage et les vignes y constituent la majeure partie de l’activité. « Cette ferme a été créée à partir d’une base existante dans les années 1830 comme un modèle par un passionné d’agriculture moderne et un humaniste qui voulait contribuer à l’amélioration de la vie et de l’économie du monde rural », raconte Alain de la Ville en parlant de Jean-Antoine

Pasquier du Cluzeau, député de la Dordogne à l’époque. La famille de la Ville a racheté la ferme en 1920.

Aujourd’hui, les lieux appartiennent à Alain et Valérie-Inès de la Ville. L’homme y a installé le siège de son agence d’architecture spécialisé dans le patrimoine ancien. Depuis les années 80, une partie du site était louée à un centre équestre et le reste des terres mis en fermage à des agriculteurs qui y cultivaient des céréales. « Il y a deux ans, le moniteur équestre arrivait à l’âge de la retraite. Il avait aussi des problèmes de santé. On a réfléchi à une reconversion du lieu plutôt que de rester dans une activité où l’on n’était pas impliqué. Cela nous intéressait de remettre le site dans le fil de son histoire et dans sa vocation agricole et en faire aussi un lieu de transmission et d’expérimentation », explique Alain. 

Dans le sens de l’histoire, Alain et son épouse se préoccupent de plus en plus des questions environnementales et s’intéressent à la production biologique et la permaculture. Aujourd’hui, le domaine comprend 20 ha. La conversion des terres en bio a été enclenchée. Des amis agriculteurs de l’architecte vont les exploiter.

Les prémices d’un projet

C’est à ce moment qu’intervient David Bonnin. Il est le compagnon d’une architecte travaillant dans l’agence d’Alain de la Ville. Originaire de Bordeaux, il s’installe dans le Verteillacois. Il n’est pas issu du milieu agricole. Il suit d’abord des études en viticulture-oenologie. Puis, il mène un projet de reconversion via un BPREA en maraîchage bio au CFPPA de Coulounieix-Chamiers en 2015-2016. « Je cherchais un lieu d’installation et à acheter un terrain pour commencer mon activité, explique-t-il. En rencontrant Alain et Valérie, on s’est rendu compte qu’on avait des idées communes sur la transition écologique et la permaculture. » 

En 2017, le jeune maraîcher démarre son activité sur 2 ha en louant les anciennes terres du centre équestre. « J’ai pu commencer directement en bio sur des sols plutôt intéressants sur le plan agronomique. » Il réalise son troisième exercice et cultive 1 200 m2 sous-abri et 3 000 m2 de plein champ de légumes diversifiés. La production est écoulée sur les marchés de Mareuil, Ribérac et Verteillac. « Les deux premières années, avant d’aller sur le marché de Verteillac, je pratiquais la vente à la ferme dans l’ancien club house du centre équestre. J’y vendais mes légumes deux après-midis par semaine. J’y ai associé d’autres producteurs qui produisaient de la noix ou du jus de pomme », dit-il.

 

Aujourd’hui, le propriétaire et l’agriculteur ont la volonté de passer la vitesse supérieure en créant une véritable boutique de producteurs bio dans les anciennes écuries de 180 m2 et y proposer une offre élargie. Le projet est en cours d’élaboration. Une association doit être créée prochainement afin de fédérer les producteurs et toutes les personnes intéressées. « On voudrait avoir des heures d’ouverture plus large pour dynamiser l’activité. Il faudra embaucher quelqu’un », explique le producteur. Il s’agit également de faire de l’endroit un lieu de rencontre, d’échanges et d’animation avec une dimension écologique affirmée, en lien avec les magasins locaux pour ne pas les concurrencer. « On veut contribuer au dynamisme local », résume ainsi Alain de la Ville.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex