Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 31 mai 2019

Nathalie Legrand

Le carnet de route des métiers d’art vient d’être édité par la Chambre de métiers et de l’artisanat, où vous êtes précisément élue en charge des métiers d’art. À quoi sert ce répertoire ?

À la différence d’un annuaire, ce n’est pas un listing exhaustif de ce qui se fait en matière de métiers d’art en Dordogne. Ce répertoire a été édité à 35 000 exemplaires et sera présent dans les offices de tourisme mais aussi dans les ateliers des artisans. Nous sommes dans une démarche de médiation. Il y a une interaction qui se crée avec le public. Le but est de renforcer le partenariat avec le tourisme. Être artisan est un métier, certes, mais aussi une donnée touristique et culturelle. D’ailleurs, nous ne sommes pas obligés de commercialiser au sein de nos ateliers. Parfois, nous n’avons pas de produits à vendre directement. Pour autant, nous avons d’autres choses à proposer : des démonstrations, des visites commentées, des stages d’initiation ou même une exposition à regarder. Le grand public peut retrouver ces informations dans le carnet. C’est une des nouveautés de cette année : il y a six options de visites, signalées sous forme de petit logo. À cela s’ajoute la valorisation des artisans sur le site internet du Comité départemental du tourisme, qui bénéficient d’une présentation d’un millier de signes et de photos.

Pourquoi avoir mis en place ce répertoire ?

Dans nos métiers, nous sommes souvent des entreprises unipersonnelles. Nous sommes seuls, ne voyons pas forcément grand monde. Parce que nous sommes dans des endroits ruraux mais aussi parce que les gens n’ont pas forcément l’idée de venir nous voir. La Dordogne est un des douze départements de Nouvelle-Aquitaine qui a la plus large proposition en termes de métiers d’art. Ils sont répartis dans différents territoires et sont plutôt actifs, à travers des associations ou des pôles bien structurés, mais aussi des groupes plus informels, qui méritent d’être connus. Par ailleurs, il y a également de plus grosses structures, qui emploient des salariés, telles que la Socra. Elle se charge de la restauration de monuments ou pièces historiques dans toute la France. Nous espérons les rallier à notre démarche car, pour certaines, elles effectuent déjà un travail d’échange et de médiation avec le public. Il ne faut pas penser que le répertoire se restreint aux artisans qui sont adhérents à la Chambre de métiers et de l’artisanat. Nous acceptons tous les statuts : indépendants ou même artistes.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex