Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 31 mai 2019

Terrasson-Lavilledieu. La Ferme du Moulin haut participe au Printemps à la ferme, samedi 1er juin. Une marche est prévue, suivie d’un repas et d’une visite de l’exploitation où sont gavés et transformés les canards.

La Ferme du Moulin haut se dévoile

Samedi 1er juin, Christelle Sauvanet, Vincent, son mari, et leurs enfants, Max et Océane, seront à pied d’œuvre pour accueillir le public pour la première fois dans le cadre du Printemps à la ferme. Depuis fin 2018, l’exploitation a intégré le réseau Bienvenue à la ferme. Le programme s’annonce bien rempli. Dès 9 h 30, l’accueil s’effectue en douceur avec le café et les croissants. Il vaudra mieux engranger un peu d’énergie avant d’entamer une marche d’environ deux heures organisée avec l’association Anim’Pazayac. « On va faire une boucle sur les hauteurs de Grèzes. Une commune qui a fusionné avec Chavagnac pour devenir Les coteaux Périgourdins », dit-elle. 

Le repas se déroule à midi, sous les arbres (16 Ä sur réservation au 06 88 59 99 37). Christelle a commandé le soleil. Au menu : salade périgourdine, aiguillettes de canards, gâteaux aux noix, vin et café. La visite commentée de l’exploitation se déroule l’après-midi. « En parallèle, Florence
Vexenat, du Moulin de Brignac-la-Plaine, va expliquer comment on fabrique la farine. Je fais aussi venir le responsable de la
Capsule 24, un magasin de Terrasson, qui a créé sa propre bière, la Terrasonn’aise.
 » La famille commence à être rompue à l’exercice de l’accueil à la ferme puisqu’en juillet et août, tous les mercredis et vendredis, des visiteurs sont reçus sur réservation. La ferme participe aussi à la Ronde des moulins, tous les mardis durant l’été, avec l’office du tourisme.  

« Un projet familial » 

Le parcours de cette quadragénaire se révèle atypique. Elle s’est installée, seule, depuis bientôt quatre ans sur La ferme du Moulin haut pour faire le gavage et la transformation de canards gras (2 200 par an), et elle cuisine une cinquantaine d’oies. Pendant 15 ans, elle a dirigé une équipe de 30 soudeurs dans l’entreprise Deshors à Brive-la-Gaillarde. « J’avais envie de changer de travail », dit-elle.

La ferme appartient à M. Machat. Il l’avait cédée à un jeune agriculteur, Fabien Faurel,
neuf ans auparavant. « On a racheté le fonds de commerce, le fichier clients et le matériel. Nous sommes locataires des bâtiments. Même si je suis seule, cela reste un projet familial. C’est mon fils de 17 ans, désireux de  devenir agriculteur, qui a trouvé l’annonce de cette ferme sur Le Bon Coin », raconte-t-elle. Son mari, Vincent, travaille dans une société de vente de matériel neuf ou d’occasion de travaux publics et agricoles à Ussac en Corrèze. Lui aussi a toujours rêvé d’être agriculteur et l’aide beaucoup.

Christelle Sauvanet achète les canards prêts à gaver. Ils sont abattus et découpés dans le laboratoire. « Après, on fabrique des conserves ou on vend en frais sur les marchés », dit-elle. Elle produit du foie gras, des pâtés, des rillettes, du cou farci, de la viande confite et différents plats cuisinés. La production est vendue en direct dans la boutique de la ferme, sur des marchés à Terrasson ou à Paris, ainsi que dans des petites épiceries sur Brive et Chavagnac. Elle travaille aussi avec le drive fermier de la Corrèze.

 


 

PROGRAMME

Pour cette édition du Printemps à la ferme, du 30 mai au 2 juin, cinq producteurs en Dordogne ont choisi d’ouvrir leurs portes. Il y a déjà eu la Ferme de Légal aux Eyzies, jeudi 30 mai.

À suivre :
- le domaine de Rapatel à Villefranche-du-Périgord, tous les jours du 30 mai au 2 juin de 10 h à 17 h
- la ferme Andrevias à Sorges, samedi 1er juin de 9 h 30 à 19 h
- le domaine de la Tuque à Biron, dimanche 2 juin de 10 h à 18 h.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex