Publié : vendredi 15 mars 2019
Jean-Philippe Granger, président de la Chambre d’agriculture

Aujourd’hui, dans notre département, 52 % des agriculteurs ont plus de 52 ans. Un agriculteur sur deux va transmettre son exploitation dans les dix ans à venir. Derrière la notion de transmission, il y a plusieurs enjeux réels : le maintien de l’agriculture, la dynamique agricole et l’enjeu de la vitalité de nos territoires puisque, dans un futur proche, 50 % de la surface agricole utile aura totalement changé de mains en Dordogne ! C’est unique dans l’histoire de notre département. Nous devons nous y préparer. En 2018, 45 % des exploitations de Dordogne ont été reprises par des enfants d’agriculteurs. 55 % des exploitations sont transmises hors du cadre familial. Ce chiffre ne cesse de croître. Pour l’agriculteur qui s’apprête à transmettre, les interrogations sont multiples sans compter les paramètres professionnels ou techniques à prendre en compte. La dimension affective est omniprésente dans une situation de transmission et l’enjeu de la conservation du “capital familial” peut cultiver un sentiment de culpabilité. La Chambre d’agriculture est depuis toujours au centre du dispositif transmission-installation. Elle intervient dans toutes les étapes des cessations-reprises d’activité et enregistre, chaque année, une installation pour un départ. Rendez-vous jeudi 28 mars pour anticiper votre projet autour de témoignages de transmission réussie.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex