Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 1 mars 2019

Réforme. Fini les séries L, ES et S. Désormais, il n’existera plus qu’un seul bac général, sans nom précis mais avec une multitude d’enseignements dits de spécialité, en complément d’options et d’un tronc commun allégé.

Un baccalauréat à la carte

Les premières bases ont déjà été posées à la rentrée dernière. La réforme du baccalauréat est donc bel et bien en marche. Ce sont les élèves de seconde qui en testent les premiers les conséquences : 54 heures dans l’année qui ont ou seront entièrement dédiées à un travail d’orientation. Ça peut paraître beaucoup mais lorsque l’on prend connaissance des multiples possibilités qu’offrira le nouveau bac, on n’est pas surpris de ce choix de l’Éducation nationale.

La réforme du bac induit en effet un complet changement, favorisant « des choix ouverts », tel que le mentionne l’inspecteur d’académie de Dordogne, Jacques Caillaut. « L’idée est de redonner du sens à l’orientation des lycéens, inclure leur parcours et leurs choix dans une perspective universitaire,
explique-t-il encore. Ceci est parti du constat qu’au fil du temps, le bac S est devenu sur-représenté, happant l’ensemble des bons élèves. Sauf qu’au moment des études universitaires, la moitié d’entre eux n’allaient pas vers une filière scientifique. »

Tronc commun de 16 heures

Désormais, les élèves de seconde pourront choisir parmi 11 enseignements de spécialité tels que les arts (cinéma, théâtre, musique...), le numérique et les sciences informatiques, la physique-chimie ou l’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques. Tous les établissements ne proposeront pas tous les enseignements de spécialité mais il n’y a pas de restriction de l’offre sur le département. Les élèves choisissent trois spécialités en première et deux en terminale. S’ajoutent en complément les enseignements optionnels tels que le latin, l’éducation physique et sportive ou la création et culture-design. Pour les aider à mettre leurs choix en perspective, un site internet a été édité: horizons2021.fr. «En fonction des enseignements de spécialité qu’ils auront choisi, ce site leur donnera les possibilités qui correspondent en enseignement supérieur, souligne Jacques Caillaut. Ce qu’on attend comme compétences dans les filières universitaires devient un peu plus visible. On établit ainsi une meilleure cohérence entre le lycée et le parcours d’enseignement supérieur.»

Le bac général sera donc constitué d’un tronc commun de 16 heures d’enseignements généraux (lettres, histoire, économie...). Viennent ensuite 12 heures
d’enseignements de spécialité et les options.

Les premières épreuves de ce bac nouvelle version auront lieu en 2020 avec toujours l’examen du bac français en première « mais aussi de certaines spécialités ». Autre nouveauté : « le contrôle continu, qui vaudra pour 40 % de la note finale, se déroulera désormais sur deux ans ».

En Dordogne, cela concerne environ 2 500 futurs candidats.


 

NOUVELLE-AQUITAINE. Gratuité des livres

Cette gratuité va s’appliquer dès la rentrée prochaine, d’abord aux élèves de seconde et de première, puis aux élèves de terminale l’année suivante. L’aide régionale sera d’un montant équivalent à 200 Ä par lycéen, pour un coût total de 17 millions d’euros en 2019 et de 27 millions d’euros en 2020. Par ailleurs, la Région va aussi financer le premier équipement des apprentis et des lycéens inscrits dans une filière professionnelle, à hauteur de 115 à 300 Ä, selon la filière choisie.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex