Auteur : Suzanne Boireau-Tartarat
Publié : vendredi 1 mars 2019

Pomport. Après une carrière internationale, Sophie Clavel a posé sa harpe sur les coteaux du vignoble bergeracois. En plus de sa pratique musicale, elle a créé, l’an dernier, une société de conception-fabrication de pupitres.

De la harpe au pupitre, l’espace de la musique

Il n’y a qu’une musicienne qui pouvait y penser : la pratique d’un instrument suppose aussi quelques contingences matérielles que Sophie Clavel s’est attachée à faciliter pour les concertistes de tous horizons. Cette harpiste réputée d’origine suisse, qui a eu la chance de côtoyer Lily Laskine à Paris, a poursuivi sa formation à New York (Juilliard School), elle s’est produite en concert aux États-Unis avant de s’installer à Taïwan, où elle a intégré le Taipei Symphony Orchestra. Après 20 ans passés en terre chinoise, où elle enseignait dans plusieurs instituts et académies, en plus d’être l’unique harpiste au sein de l’orchestre, elle s’est installée sur une colline plantée de vignes, entre Pomport et Sigoulès. Depuis 2006, sa maison de vacances est devenue son point d’ancrage, ses deux sœurs et sa mère sont aussi établies à proximité : un univers très féminin, si l’on y ajoute ses trois filles.

Riche de ce brillant parcours de pratique en orchestre, musique de chambre et enseignement, et parce que sa vie de concertiste est hélas plus calme en Périgord, Sophie Clavel a conçu, avec l’aide de sa sœur Elsa, un projet d’entreprise profondément lié à sa vie de musicienne. Il a éclos en janvier 2018, après deux ans de réflexion. « Les déplacements font bien sûr partie de cette carrière et il faut souvent se débrouiller seul pour transporter son instrument – ma harpe pèse 40 kg –, avec pupitre et partitions. » Et le tout doit être présentable lorsqu’on se produit en public et solide quand la scène est en plein air, soumise aux coups de vent.

La musicienne a imaginé un pupitre en bois entièrement démontable. Pour en finir avec les objets pliables métalliques non identifiés qui s’effondrent au moindre geste ou encore avec les massifs totems impossibles à transporter, Sophie Clavel a d’abord misé sur l’utilité. Elle y a ajouté l’élégance, parce que l’esthétique est affaire d’ensemble et qu’il est beau que le pupitre s’accorde à l’instrument. « C’est aussi parce que les formats bas sont rares, ils intéressent pourtant tous les musiciens qui jouent assis, violoncelliste, guitariste, violiste... » C’est Elsa qui dessine les modèles. Marionnettiste et passionnée de théâtre, pour lequel elle a réalisé bien des décors, elle chantourne même les pièces. 

Une nouvelle partition de vie

Une ligne de pupitres est déjà disponible, avec un grand choix d’essences (noyer gris du Périgord, merisier, frêne, acajou...) et de plateaux aux motifs originaux (art déco, Monet, Gaudi, papillon, glycine...). Et il est bien sûr possible de commander un modèle sur mesure. Le client peut combiner les possibilités avec trois hauteurs de support et deux choix de socle.

Deux pièces essentielles ont fait l’objet d’un dépôt de brevet : le serrage par compression pour ajuster la hauteur du pupitre ; et l’aspect démontable, cette conception étant la seule sur le marché du pupitre en bois à offrir cette possibilité, pour un poids de 5 kg, avec un sac de rangement étudié.

Le tout est de fabrication française, et même 100 % locale puisque l’artisan tourneur partenaire est installé à Saint-Germain-et-Mons. Tout est réalisé à la main jusqu’aux bordures et finitions. La marque ClavelMusic occupe de plus en plus Sophie, qui se charge de la gestion, de l’administration et du marketing. Elle a récemment exposé lors d’un concours de harpe, à Limoges, et deux fabricants sont intéressés par cette possibilité de personnaliser un duo instrument-pupitre. 

La micro-entreprise devrait se frayer un beau chemin pour porter les partitions du monde entier (tous les musiciens n’ont pas adopté les tablettes : là aussi le papier résiste !), d’autant que son prix est même plus abordable que l’offre standard du marché.

• https://clavelmusic.com/fr


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex