Auteur : Alexandre Merlingeas et Lola Pezon
Publié : vendredi 1 février 2019

Économie. L’innovation touristique et commerciale, avec notamment une clientèle nouvelle comme celle des Millennials, a été abordée lors de l’université du tourisme de la Dordogne, le 29 janvier, au PIP des Eyzies-de-Tayac.

Les Millennials brisent les codes

L’université du tourisme se veut un rendez-vous annuel incontournable pour les professionnels du tourisme du département, qu’ils soient gestionnaires de sites touristiques, hébergeurs, prestataires d’activités, offices de tourisme, maires... Le 29 janvier, l’amphithéâtre du centre d’accueil du Pôle international de la préhistoire aux Eyzies était rempli (250 personnes) pour cette 6e édition sur le thème : “Expérience client, innovation touristique et commerciale en Nouvelle-Aquitaine“. En clair : comment capter une autre clientèle aux travers de nouveaux usages de consommation ? Plusieurs intervenants se sont succédé tout au long de la journée pour livrer leur expertise. 

Parmi eux, Gilles Granger, de la société Guest suite, spécialiste de l’e-réputation hôtelière, est venu parler des Millennials. Cette génération née entre 1980-2000 casse les codes traditionnels du tourisme. « Je vais être très caricatural. C’est fait exprès pour que le message passe », a-t-il lancé en préambule comme pour se protéger d’éventuels critiques. Ils voyagent beaucoup, sont “digital natives“ et mobiles, à la recherche d’expériences et en quête de sens. Ils sont zappeurs tant en matière d’emploi que d’expériences. Ils ne veulent pas de sécurité. Ils ont un rapport à la propriété très différent de la génération précédente, car ils ne veulent pas être possédés. Ils pratiquent volontiers la colocation… 

On a presque l’impression d’un nouveau type anthropologique, esquissé par Gilles Granger. Volontiers blagueur, un peu showman pour mieux capter et convaincre son auditoire, l’homme poursuit son analyse : « Les temps changent. En 2017, quelqu’un a pris le pouvoir de manière complètement différente des habitudes face à des partis politiques très installés. Les Millennials, la politique leur passe au-dessus de la tête. Non pas que cela ne les intéresse pas, mais ils ont d’autres problèmes. » Ils changent tout le temps de job. Facebook n’est plus pour eux, ils utilisent Instagram, Chatbot... En 2020, ils représenteront 40 % de la population active.

Le clivage du digital 

Ils voyagent beaucoup ; « C’est la génération Erasmus ». 43 % de la gestion de leur vie quotidienne passe par le smartphone. « C’est très clivant sur le digital : il y a ceux qui savent faire ou non. Généralement, ceux qui ne savent pas faire ne sont pas des Millennials. Plus vous êtes âgés moins vous êtes agile avec le digital. » Il leur faut une connexion wi-fi, 3G ou 4G. 

Leur vie sociale est plus importante que leur vie professionnelle. « Ils veulent que ça change et ne pas perdre leur temps ». Heureusement, ils sont prêts à voyager en France. Dans leur quête éperdue d’expériences, cette catégorie ne veut pas simplement dormir dans une chambre d’hôtel aseptisée. « En Dordogne, il y a plein d’expériences à vivre et de choses à découvrir. Mettez-les en avant. Il n’y a pas besoin que ce soit cher, grand et compliqué. » Quand ils ne sont pas végétariens ou vegans, ils veulent manger de la bonne viande et des bons produits, en général. 

« Ils sont prêts à dépenser 70 % de plus pour des expériences authentiques. Il faut leur proposer des vidéos. Si le contenu qu’ils voient ne leur raconte pas une histoire, ils n’ont pas envie d’y aller. » Il faut leur offrir des services dans la journée. À une dame dans la salle qui lui demande quelle expérience proposait à ces Millennials, Gilles Granger répond spontanément : « Un repas préhistorique… » Dans cette veine, pourquoi ne pas proposer des chasses aux bisons ou du mammouth à la broche ?  


 EN CHIFFRES

  • 40 % des Millennials seront dans la population active en 2020

Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex