Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 30 novembre 2018

Montignac.  Après avoir connu des difficultés financières, le Groupement d’employeurs rural du Sarladais revient à une situation saine, et relance son activité en augmentant le nombre d’heures travaillées.

Le GER du Sarladais regarde vers l’avenir

Au fil de l’effondrement de la culture du tabac, le Groupement d’employeurs rural du Sarladais (GER) a traversé des turbulences financières en 2014 avec un déficit cumulé de près de 200 000 Ä. « Nous avons connu une forte baisse en tabac mais aussi dans un peu toute l’agriculture. L’activité a été divisée par deux, d’où la difficulté d’adapter l’équipe administrative. Nous avons mis deux ou trois ans à restructurer, procédé à deux licenciements économiques et quinze départs volontaires. Il a fallu un effort des salariés, des adhérents, de la Chambre d’agriculture qui a permis de redresser la situation », se souvient Fabrice Gareyte, le directeur. Jean-François Gazard-Maurel, le président du GER, explique : « Nous avons mis en place un plan de redémarrage, surtout que le banquier ne nous suivait plus à l’époque. Nous étions à deux doigts de déposer le bilan. »

Cette période noire semble bel et bien qu’un mauvais souvenir. Avec toute la prudence de mise, l’équipe du groupement d’employeurs voit le ciel se dégager. Les comptes sont revenus dans le vert et l’activité repart. « Le mois dernier, on a fait 95 payes, indique Fabrice Gareyte. Nous avons 35 permanents et 52 équivalents temps pleins. » Sur l’exercice 2017-2018 (clos au 30 juin), 84 960 heures ont été vendues, un volume descendu en dessous des 70 000 heures en 2015-2016. L’agriculture représente environ 75 % de l’activité, devant les collectivités locales (10 %), l’artisanat (6 %), puis les services et le transport (5 %). Au temps de sa splendeur, le GER est monté à 160 000 heures vendues, dont presque 60 % rien que pour la production de tabac, qui a dégringolé à 2 % aujourd’hui. « Aujourd’hui, l’activité a surtout repris avec France tabac qui a récupéré de la production allemande et polonaise à transformer, mais l’agriculture en général a du mal à reprendre des heures sur l’activité du GER. Le groupement est une variable d’ajustement quand on a des difficultés économiques », précise Jean-François Gazard-Maurel. Au 1er janvier, dix CDI doivent être créés par le GER, dont six rien que pour l’usine de Sarlat. 

« Le moment de faire parler de nous »

Aujourd’hui, quatre salariées gèrent le GER avec le directeur. Pauline de Naples a été recrutée pour les relations clients. Coralie Burgos s’occupe de la planification et Corinne Roulland de la comptabilité.

Lors de l’assemblée générale du GER, qui se déroule le 14 décembre, à 10 h 30, à la salle de La Rode à Domme, l’équipe dirigeante va pouvoir annoncer ces bonnes nouvelles. Le résultat de l’exercice 2017-2018
laisse entrevoir un résultat positif de 104 382 Ä. Le GER du Sarladais compte 450 adhérents, entre 100 et 160 d’entre eux utilisent le groupement chaque mois. On y retrouve des agriculteurs, des conserveurs, des fermes-auberges, des Cuma qui prennent des ouvriers spécialisés pour la conduite d’engins, des artisans (menuisiers, électriciens, maçons…), le transport public et des collectivités. « C’est un marché qui se développe car les petites communes n’ont pas toujours le travail pour de l’emploi à temps complet. Elles cherchent des remplaçants quand elles ont des agents malades ou un surcroît d’activité l’été. Elles ont besoin d’ouvriers spécialisés du type chauffeur d’épareuse ou de banqueteuse », explique le directeur.

L’assemblée générale permettra de présenter la campagne de communication pour se faire connaître auprès des adhérents, avec un logo réactualisé par un graphiste, des calendriers, des vêtements offerts, un site internet qui va être restauré. « On veut booster l’activité en disant qu’elle progresse, en expliquant quels services on peut apporter. Maintenant que nous sommes sortis des difficultés et que nous savons être sur la bonne voie, c’est le moment de faire parler de nous », dit le directeur.


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex