Auteur : Alexandre Merlingeas
Publié : vendredi 19 octobre 2018

Reprise. Nicolas Trinquier a repris la boucherie Steinmetz à Coulounieix-Chamiers, rebaptisée “Les délices de Trinquier”. Dans la lignée de l’établissement précédent, il amène sa touche personnelle sans bousculer les habitudes.

La boucherie coup de cœur 

En entrant dans le magasin, on ressent le bouillonnement de l’activité, mais l’accueil reste courtois et l’ambiance joviale. « On a ouvert le 2 octobre. La première semaine, j’ai fait 99 heures. Malgré la fatigue, c’est que du bonheur ! », explique Nicolas Trinquier. Originaire de la région parisienne, à Athis-Mons, près de l’aéroport de Paris-Orly, il obtient son CAP, en 1998, en boucherie traditionnelle avant de travailler dans le milieu une dizaine d’années, puis huit ans dans le négoce de la viande, notamment à Rungis.

Depuis longtemps, il rêvait de reprendre une boucherie. À 38 ans, son rêve devient réalité. « J’hésitais. On a toujours une petite appréhension. Surtout que je travaillais avec des bouchers et je voyais qu’ils ramaient un peu. Et puis, dans l’Yonne, en Bourgogne, où j’habitais, c’était compliqué d’en ouvrir une. »  De fait, il oriente ses recherches sur le Périgord d’où est originaire son épouse, Prisca. « On a visité plusieurs boucheries, puis choisi celle-ci parce qu’elle nous a plu. La devanture et l’intérieur sont beaux. On a de quoi travailler avec un grand laboratoire. La région est sympathique. J’ai aussi accroché avec la gentillesse des gens d’ici. »

« Celle-ci », il s’agit de l’ancienne boucherie Steinmetz, 45B avenue du général de Gaulle à Coulounieix-Chamiers. Christian Steinmetz avait racheté, fin 2017, la boucherie l’Ecuyer au Gour de l’Arche, rebaptisée “Un air de Campagne“, sur laquelle il a décidé de concentrer son activité.

« Une boutique qui tourne bien »

Pas le temps d’une courte fermeture, l’artisan et sa femme ont ouvert dans la foulée de la reprise, après une semaine de transition avec l’ancien propriétaire pour préparer le changement. « Monsieur Steinmetz a fermé le 30 septembre. Le dimanche après-midi, on a commencé a réaménagé un peu à notre convenance. On a signé le lundi après-midi, jour de fermeture. Le mardi, on a ouvert. Je ne voulais pas qu’il y ait de coupure pour les clients », explique-t-il.

Il rachète le fonds de commerce, l’ensemble du matériel et la clientèle pour 110 000 Ä, avec un chiffre d’affaires annuel de 300 000 Ä en moyenne. Il est passé par un prêt de Périgord initiative avec une aide du Pays de l’Isle en Périgord. La Chambre de métier et de l’artisanat l’a conseillé dans sa démarche. Nicolas Trinquier ne veut pas bousculer le fonctionnement de l’entreprise qui marchait bien. Il continue à acheter sa viande limousine à AVLP, Aquitaine viande Limousin Périgord, à Ribérac. « J’ai repris les fournisseurs de base. La clientèle était contente de la qualité de la viande. C’est une boutique qui tourne bien, pas besoin de tout changer. Je garde la même ligne de conduite en apportant ma touche progressivement, comme ma méthode de coupe. »

Au rayon nouveautés, la boucherie est désormais ouverte le dimanche matin et l’amplitude horaire a été décalée. « On ouvre à 8 h au lieu de 7 h 30, jusqu’à 13 h. Le soir, on ferme à 19 h 30 au lieu de 19 h. » L’artisan fait des poulets rôtis avec les abats, ainsi que des spécialités cuisinées. L’épicerie fine a été élargie : « On essaie de faire travailler les producteurs locaux. Nous cuisinons des cordons-bleus au Saint-Nectaire avec du fromage qu’on prend au marché local. On veut développer les plats cuisinés. Nous livrons les personnes qui ne peuvent pas forcément se
déplacer. »

Ironie du sort : Nicolas Trinquier vient d’embaucher Jean-Luc Ecuyer, l’ancien boucher de l’établissement du Gour de l’Arche, qui n’avait pas été conservé à la suite du rachat, l’an dernier. Il a également pris une jeune apprentie, Laura. « L’équipe se complète bien, l’ambiance est bonne. Voilà ce que l’on veut instaurer avec les clients ou les fournisseurs. » 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex