Auteur : Laetitia Lemaire
Publié : vendredi 12 octobre 2018

Bâtiment. Face aux difficultés de recrutement, la Capeb a mis en place plusieurs actions pour favoriser différents canaux d’accès à l’emploi : une bourse à l’emploi et un partenariat avec Pôle emploi pour utiliser le recrutement par simulation.

Un recrutement sans CV

Savoir se repérer dans l’espace et passer d’un schéma sur papier à une maquette en 3D, prendre des mesures, s’adapter lorsqu’il faut réaliser une tâche en équipe... voilà quelques exemples succinctement résumés des exercices que Pôle emploi a mis en place dans le cadre d’un recrutement par MRS (Méthode de recrutement par simulation) de couvreurs. Ce jour-là, les ateliers sont en démonstration dans les locaux de la Capeb. Pas de candidats à l’embauche présents, mais une dizaine d’entreprises du bâtiment, adhérentes de l’organisation professionnelle, venues se renseigner sur cette nouvelle voie de recrutement.

« La MRS existe depuis plusieurs années à Pôle emploi, dans divers secteurs d’activité, souligne Nathalie Weber, directrice Pôle emploi Dordogne Corrèze. Mais jusqu’à présent, nous l’avions développé pour des recrutements en nombre (plus de cinq ou dix personnes), donc pour des entreprises de taille assez importante. Ici, nous souhaitons mettre ça en place à destination des petites entreprises du bâtiment, qui n’ont ni les moyens, ni les ressources pour recruter. » Concrètement, cela signifie une mutualisation pour embaucher via la MRS, et un partenariat étroit entre la Capeb et Pôle emploi. D’un côté, le syndicat identifiera les besoins de ses entreprises, de l’autre, Pôle emploi établira les fiches d’exercices et chapeautera la MRS. « Nous sommes sur du sur-mesure par rapport aux besoins de l’entreprise, car nous procédons d’abord à une observation et une analyse du poste pour lequel elles recrutent. Ensuite, nous adaptons la méthode de recrutement », précise Catherine Privat, conseillère dédiée à la MRS au Pôle emploi de Périgueux Change.

Autre façon de recruter

Ce processus permet d’ouvrir l’accès aux postes proposés au plus grand nombre, y compris et surtout les personnes « débutantes ». « C’est un recrutement sans CV, qui permet, via des mises en situation, de tester le potentiel des candidats à exercer un métier, détaille Nathalie Weber. Ensuite, nous présentons ceux qui se dégagent aux entreprises pour qu’elles leur fassent passer un entretien de motivation. » 

« Nous cherchons du savoir-être avant du savoir-faire », note Magali Tournier, secrétaire générale de la Capeb, approuvée par son président, Frédéric Liogier : « Je préfère recruter quelqu’un qui a envie d’apprendre et qui ne sait pas faire qu’une personne qui sait faire mais viendra à reculons ».

Cela implique aussi que, dans le processus de recrutement, l’entreprise réserve un temps dédié à la formation. « C’est différent de ce que les entreprises ont l’habitude de faire, mais les mentalités changent », constate Catherine Privat. « À nous aussi de faire comprendre aux chefs d’entreprise que désormais le diplôme seul ne suffit plus », ajoute Magali Tournier.

75 postes à pourvoir

La Capeb pourra donc être l’interface qui fera remonter les candidatures à Pôle emploi. Pour les personnes intéressées, il est d’ailleurs possible de postuler : contact@capeb24.fr ou en contactant Pôle emploi. Le syndicat multiplie ainsi les actions pour lutter contre les difficultés de recrutement auxquelles les professionnels du bâtiment doivent faire face.

Il a en effet organisé une bourse à l’emploi à l’intention de ses adhérents. « Nous avons travaillé en amont, pendant une dizaine de jours, pour recenser les besoins des entreprises. En tout, ce sont 75 postes qui sont à pourvoir dans 35 entreprises », commente Magali Tournier. En retour, par le biais des réseaux sociaux, une dizaine de candidats ont déjà fait parvenir leur CV pour postuler. « Ça n’est pas suffisant mais c’est encourageant, remarque la secrétaire générale de la Capeb. L’idée avec cette bourse doublée du partenariat avec Pôle emploi est de présenter plusieurs méthodes de recrutement aux entreprises pour que chacun puisse faire son choix et que, dans l’idéal, les 75 postes finissent par être pourvus. »

Pôle emploi pense passer à la phase de recrutement début 2019.

 

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex