Auteur : Lionel Robin
Publié : vendredi 15 décembre 2017

Retraites agricoles. La caisse centrale de la Mutualité sociale agricole s’est trompée pour calculer le montant des retraites qui doivent, cette année, atteindre les 75 % du Smic. Elle réclame aujourd’hui le trop-perçu.

Erreur et incompréhension

Ce n’est pas exactement le ciel qui leur est tombé sur la tête ; juste une lettre leur indiquant qu’ils avaient reçu trop d’argent et qu’on allait le leur reprendre durant les mois à venir. Une erreur ? Oui mais pas des retraités agricoles. Non, il s’agit d’une grosse boulette de la caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (MSA) qui s’est trompée dans ses calculs, a trop versé à de très nombreux retraités agricoles, qui sont 263 000 en France, et leur réclame maintenant le trop-perçu.

« Ils se sont basés sur un mauvais Smic », déplore Roger
Tréneule, président de l’association départementale des retraités agricoles. Ce qui est très surprenant quand on sait que la revalorisation des retraites agricoles à 75 % de ce salaire minimum a été votée en 2003 et s’applique progressivement depuis 2015, soit une augmentation de 1 % par an en trois ans. « Mais nous avons touché de trois à quatre fois plus que prévu. »

Normalement, en se basant sur un Smic net à 1 140 e (un Smic agricole inférieur à d’autres catégories professionnelles), un retraité ayant une carrière de chef d’exploitation complète devrait toucher 855 Ä. L’augmentation de 2017 n’a pas démarré en janvier mais en octobre avec rétroactivité, c’est-à-dire dix mois d’augmentation en une seule fois, soit environ 120 Ä.

Un exemple concret

Pour bien comprendre, voici l’exemple de Roger Tréneule, qui n’a pas une carrière complète. Ainsi, au taux de 74 % du Smic, sa pension s’élevait à 813,99 Ä. À 75 %, elle est de 824,50 Ä. Sa revalorisation mensuelle pour passer de 74 à 75 % est donc de 10,60 Ä. Pour 2017, en novembre, il aurait dû percevoir 106 Ä pour les dix mois passés. Or, il a touché... 448 Ä. Un trop-perçu de 342 Ä que la MSA lui demande de rembourser. Pour ce faire, et parce que la MSA ne peut pas lui enlever plus de 15 % de ses versements mensuels, il recevra ces prochains mois 705 Ä jusqu’à apurement de la dette.

« Ce qui est dingue et compliqué à comprendre pour nous, retraités, c’est que nous sommes effectivement à 75 % du Smic mais que pendant quelques mois, nous allons toucher moins », souligne Roger Tréneule.

Bien sûr, il est possible de rembourser la totalité de la somme en une seule fois mais, vu les niveaux de retraite, ce n’est pas forcément facile pour tous ceux qui sont concernés. Dans tous les cas, Roger Tréneule invite ceux qui en ont besoin à se rapprocher de leurs administrateurs MSA, que ce soit pour avoir de plus amples explications ou faire face à cette situation pour le moins inédite.

 


 

POINT DE VUE

3 point-de-vueMichèle Fourteaux, retraitée agricole

 

Ces retraités attendaient un rattrapage à 75 % du Smic, loi votée en 2003 et finalement appliquée depuis... 2015 (73 %), 2016 (74 %) et 2017 (75 %). Mais en janvier pas de paiement... repoussé au versement d’octobre soit le 7 novembre. Ils ont donc reçu neuf mois d’augmentation plus le mois d’octobre majoré. Comme ces versements sont effectués sur les comptes sans aucune lettre explicative, en effet ils n’ont pas refait les calculs, d’autant qu’ils n’ont pas les éléments pour ce faire.

 


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex