Archives

1923_9_HTCCI. Christophe Fauvel, qui sera élu président le 10 janvier, a fait le point mercredi sur les dossiers qu’il juge prioritaires.

« Proximité,

infrastructures

et sérénité »

Les élections de la Chambre de commerce et d’industrie viennent de s’achever. Cinquante-cinq représentants des ressortissants ont été élus, dont six siégeront à la Chambre régionale. De plus, par le même scrutin, ont été également désignés les délégués consulaires qui ont en charge l’élection des juges des tribunaux de commerce de Périgueux et de Bergerac.
Pour Christophe Fauvel, candidat de la liste unique Medef-CGPME et futur président de la CCI de la Dordogne, ces trois niveaux ont certainement semé le trouble auprès des électeurs, ce qui explique en partie le faible taux de participation (autour de 14,50 %) alors qu’il était de 24 % en 2004. Mais le futur président y voit un autre signe. « Ce taux nous renvoie à beaucoup d’humilité, explique-t-il en substance, il démontre que beaucoup de chefs d’entreprises ne savent pas à quoi sert la CCI. Nous devons nous mettre au travail rapidement sur des actions de proximité pour aller vers eux ».
Ce travail sur la proximité est l’un des trois dossiers prioritaires de Christophe Chauvel et de son bureau qui sera désigné le 10 janvier.
Le deuxième axe prioritaire porte sur les infrastructures. Un dossier que Christophe Fauvel défendra « bec et ongles », notamment au niveau régional. « C’est un des points noirs du département et il y a un fort décalage entre les besoins réels et la perception qu’on en a au niveau régional ». Par exemple, pour lui, le maintien de ligne Périgueux-Bergerac-Paris est indispensable et il soutiendra les institutionnels et politiques de tous bords qui la défendront. Le développement de l’aéroport de Bergerac par le low-cost est lui aussi prioritaire, en raison des retombées économiques qu’il génère pour le territoire.
Il apportera aussi son soutien à la municipalité de Périgueux pour la création d’une liaison ferroviaire rapide entre la capitale périgourdine et Limoges. Et comme son prédécesseur, il poursuivra le travail de lobbying pour la création de l’Euro 21, une voie rapide qui relierait Limoges à Auch, via Bergerac et Agen.
Avec 20 millions d’euros de budget annuel, la CCI n’a pas les moyens de se priver d’appui, a commenté M. Fauvel et surtout pas de celui des politiques quelle que soit leur étiquette. « Il faut arrêter les chicaneries pour des broutilles. C’est peut-être dans la culture locale, mais cela ne fait rien avancer. Il ne s’agit pas de faire allégeance aux politiques mais de créer un consensus dans un climat serein ».

L’échelon régional
La nouvelle équipe et son président vont avoir à travailler à un nouveau niveau, celui de la Région. Il s’agit de réaliser des économies d’échelle en mutualisant les services généraux comme l’informatique, la comptabilité, la gestion, les ressources humaines.
En revanche, ce qui va être plus compliqué, c’est que les cinq Chambres départementales vont avoir à défendre les infrastructures qu’elles gèrent et qui sont en concurrence, comme l’aéroport de Bergerac et ceux de Pau, Biarritz ou Agen, ou encore le Parc des expositions de Marsac face à celui de Pau. « Si nous avons besoin de budget pour une réhabilitation par exemple, nous allons certainement devoir jouer des coudes et trouver des alliances ».


Nadine Berbessou

 

Retour à la une ...


Réussir le Périgord
7, rue du Jardin Public - BP 70165 - 24007 Périgueux cedex